Toute l’Australie brûle ? Comment les cartes peuvent induire en erreur

Et ce que vous pouvez faire pour évaluer l’authenticité d’une carte.

Ces derniers jours, de nombreuses cartes inquiétantes sur les feux de brousse ont circulé en ligne, certaines semblant suggérer que toute l’Australie brûle.

Vous avez peut-être vu cet exemple, décrié par certains comme trompeur, à l’origine de ce message Instagram de son créateur :

View this post on Instagram

* Didn’t realise this would go viral 👀 PLEASE READ BELOW* Regarding False Information. This has occurred NOT because of this post, or my information being inaccurate. It has been Zucc'd because other people have shared this image with the caption "This is a NASA photograph". This image has been flagged as a result. Update – this is now being corrected, finally. Should be clear in a day or so… This is a 3D visualisation of the hotspots in Australia. NOT A PHOTO. Think of this as a graph. Also note this was created as an art piece This is made from data from NASA’s FIRMS (Satellite data regarding fires) between 05/12/19 – 05/01/20. These are all the areas which have been affected by bushfires. https://firms.modaps.eosdis.nasa.gov/map/#z:5;c:137.4,-27.9;t:adv-points;d:2019-12-05..2020-01-05;l:dark_gray,firms_viirs,firms_modis_a,firms_modis_t Scale is a little exaggerated due to the render’s glow, but generally true to the info from the NASA website. Also note that NOT all the areas are still burning, and this is a compilation. This image is copyrighted by Anthony Hearsey. Please contact for usage. DONATE HERE – https://linktr.ee/lukebakhuizen?fbclid=IwAR1hxUc97BXMPIxjiJqcVW7uG8wlgkPLfyO2wVFLVRDSw5X6cXAGeBuikeM _ #bushfires #render #visualisation #data #3d #australia #climatechange #disaster #fire #infographic #cinema4d #graphic #nasa

A post shared by Anthony Hearsey (@anthony_hearsey) on

Comme il l’a expliqué, l’image n’est pas une photo de la NASA. Ce qu’un satellite « voit » en réalité est très différent.

Je vais vous expliquer comment nous utilisons les données recueillies par les satellites pour estimer la superficie d’une zone qui brûle ou qui a déjà été brûlée, et à quoi devrait ressembler cette information une fois qu’elle aura été cartographiée.

IMAGES RÉFLÉCHISSANTES

Lorsque les astronautes regardent par leur fenêtre dans l’espace, c’est ce qu’ils voient :

C’est similaire à ce que vous pourriez voir d’un hublot d’avion, mais plus haut et couvrant une plus grande surface.

Pendant que vous lisez ceci, de nombreux satellites sans équipage sont en orbite et photographient la Terre. Ces images sont utilisées pour surveiller les incendies en temps réel. Elles se divisent en deux catégories : les images réfléchissantes et les images thermiques.

Les images réfléchissantes captent l’information dans le domaine visible du spectre électromagnétique (en d’autres termes, ce que nous pouvons voir). Mais elles captent aussi de l’information dans des longueurs d’onde que nous ne pouvons pas voir, comme les longueurs d’onde infrarouges.

Si nous n’utilisons que les longueurs d’onde visibles, nous pouvons rendre l’image semblable à ce que nous pourrions voir à l’œil nu à partir d’un satellite. Nous appelons ces images  » en couleurs réelles « .

Notez que l’image n’a pas de frontières politiques, car ce ne sont pas des caractéristiques physiques. Pour rendre l’imagerie satellite utile à la navigation, nous superposons la carte avec des points de localisation.

A partir de là, nous pouvons prédire où se trouvent les feux en regardant la fumée. Cependant, les feux eux-mêmes ne sont pas directement visibles.

IMAGES EN FAUSSES COULEURS

Les bandes infrarouges à ondes courtes sont moins sensibles à la fumée et plus sensibles au feu, ce qui signifie qu’elles peuvent nous indiquer où se trouve le feu.

La conversion de ces longueurs d’onde en couleurs visibles produit ce que nous appelons des images de  » fausses couleurs « . Par exemple :

Dans cette image infrarouge à ondes courtes, nous commençons à  » voir  » sous la fumée et pouvons identifier les feux actifs. Nous pouvons également en apprendre davantage sur les zones qui sont déjà brûlées.

THERMIQUE ET POINTS CHAUDS

Comme leur nom l’indique, les images thermiques mesurent la température de tout ce qui est chaud ou froid dans le cadre. Les feux actifs sont détectés comme des  » points chauds  » et cartographiés comme des points à la surface.

Alors que l’imagerie réflective n’est utile que lorsqu’elle est obtenue par un satellite pendant le jour, les points chauds peuvent être mesurés la nuit, ce qui double notre capacité d’observer les feux actifs.

Cette information peut être utilisée pour créer des cartes montrant l’agrégation des points chauds sur plusieurs jours, semaines ou mois.

Le service Digital Earth Hotspots de Geoscience Australia montre les points chauds sur le continent au cours des dernières 72 heures. Il vaut la peine de lire la section  » à propos  » pour connaître les limites ou le potentiel d’erreur de la carte.

Lorsque les points chauds, qui présentent des pixels  » chauds « , sont représentés par des icônes extrêmement grandes ou sont recueillis sur de longues périodes, les résultats peuvent être trompeurs. Ils peuvent indiquer qu’une zone beaucoup plus grande est sous le feu que ce qui brûle réellement.

Par exemple, il serait faux de croire que toutes les zones en rouge sur la carte ci-dessous sont en train de brûler ou ont déjà brûlé. On ne sait pas non plus sur quelle période de temps les points chauds ont été regroupés.

“Watching the world burn – fires threaten the planet’s tropical forests and millions of people”

SOYEZ INTELLIGENT

Compte tenu de tout ce qui précède, il y a quelques questions clés que vous pouvez poser pour évaluer l’authenticité d’une carte des feux de brousse. Voici ces questions :

  • D’où vient cette carte, et qui l’a produite ?
  • S’agit-il d’une seule image satellite ou d’une image utilisant des points chauds superposés sur une carte ?
  • Que représentent les couleurs ?
  • Est-ce que je sais quand elle a été prise ?
  • Si cette carte représente des points chauds, sur quelle période de temps ont-ils été recueillis ? Un jour, une année entière ?
  • La taille des points chauds est-elle représentative de la zone qui brûle réellement ?

Donc, la prochaine fois que vous verrez une carte des feux de brousse, réfléchissez à deux fois avant d’appuyer sur le bouton de partage.

Via Fastcompany

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.