Ce qu’Internet peut apprendre de l’imprimerie

Cullen Murphy de The Atlantic se penche sur l’étude de Gutenberg d’Elizabeth Eisenstein (historienne de l’imprimé) pour faire un parallèle avec l’Internet et tente de nous faire mieux comprendre  » à quel point l’imprévisible (et l’interminable) est vraiment imprévisible « .

Venise, avec son dense groupement d’imprimeries, a joué le rôle de la Silicon Valley. La presse à imprimer allait bientôt bouleverser l’ordre social d’une manière que personne n’avait prévue et à laquelle peu de gens aujourd’hui réfléchissent. […]

Son point le plus important est que le monde n’a plus jamais été le même. Comme elle me l’a expliqué, nous n’enregistrons plus l’impact de la presse à imprimer car nous n’avons pas de moyen facile de retrouver la sensation ambiante d' »avant ». […]

La presse à imprimer a transformé la religion, la science et la politique ; elle a mis l’information, la désinformation et le pouvoir entre les mains d’un plus grand nombre de personnes que jamais auparavant ; elle a créé une culture de la célébrité, les poètes et les polémistes se disputant la célébrité ; et elle a desserré les contraintes de l’autorité et de la hiérarchie, dressant les groupes les uns contre les autres. Cela a fait voler en éclats le statu quo d’une manière qui s’est avérée libératrice mais aussi mortelle : si l’imprimerie mérite une partie du crédit de la démocratie et du Siècle des Lumières, elle mérite aussi une partie du blâme pour le chaos et le massacre. […]

Dewar a fait une distinction cruciale : entre les technologies, comme les couteaux et les fours à micro-ondes, dont les conséquences prévues dépassent de loin les conséquences imprévues, et les technologies, comme les voitures et la climatisation, dont les conséquences imprévues dépassent de loin les conséquences prévues. Le principal message de l’étude était que Internet, qui a été créé comme une forme de communication militaire, était une technologie du deuxième type. Ses conséquences seraient « dominées » par l’imprévisible et l’incontrôlable.

Via The Atlantic
(l’article complet ici)

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.