Consentement par médiation

Renee DiResta sur notre état actuel de réalité non partagée, sur les tensions sans précédent autour de la construction du consensus et de la préservation de l’harmonie. Comment pouvons-nous trouver des moyens de parvenir à un consensus ou comment pouvons-nous trouver des moyens de « préserver l’harmonie au sein d’un dissensus pluraliste » ? L’article finit par être plus un récapitulatif de l’évolution des anciens médias vers le paysage médiatique et les réalités tribales d’aujourd’hui, riches en factions, qu’une ouverture vers de nouvelles façons de médier le consentement, mais c’est un regard utile sur le paysage et le cadrage des problèmes.

Cela laisse présager une transformation de la société : notre écosystème de l’information ne nous aide plus à parvenir à un consensus. En fait, il le décourage structurellement, et facilite plutôt un dissensus de pseudo-réalités sur mesure. […]

Aujourd’hui, il n’existe aucune institution ayant la légitimité nécessaire pour combler ces lacunes et rétablir notre capacité de parvenir à un consensus, ni aucun moyen technologique crédible permettant de créer et de préserver l’harmonie au sein d’un consensus pluraliste. […]

N’importe qui – et pas seulement les puissantes sociétés de médias d’autrefois – peut maintenant créer des pseudo-événements. Dans certaines des chambres d’écho d’Internet, cela se produit avec une telle intensité et une telle régularité que cela crée ce que l’on pourrait appeler une pseudo-réalité complète : un flux sans fin de fabrications, de vérité et de distraction, filtré pour renforcer et consolider les croyances des membres. […]

Pouvons-nous reconcevoir ou créer un écosystème de l’information qui engendre un consensus suffisant pour les fonctions de gouvernance ? Sinon, comment pouvons-nous passer à une forme de dissensus non toxique qui peut soutenir la gouvernance au moins aussi bien que les anciens processus de consentement de fabrication, malgré tous leurs défauts, l’ont fait ? […]

La voie à suivre exige des systèmes pour faciliter la médiation et non la fabrication du consentement. Nous avons besoin d’une forme hybride de consensus qui résiste à la corruption institutionnelle du contrôle du sommet vers la base, et qui accueille le pluralisme, mais qui est aussi endurcie contre le jeu de la base de l’infrastructure sociale par des acteurs malveillants.

Via Ribbonfarm

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.