La Terre se souviendra des humains pour le gâchis que nous avons laissé derrière nous

La première étape vers des solutions est d’admettre que les gens sont à l’origine du problème. Appelez cette époque l’Anthropocène.

Certains scientifiques essaient de donner notre nom à notre époque géologique actuelle – en l’appelant l’Anthropocène. Ce n’est pas une fanfaronnade, car la plupart des changements que nous apportons à notre planète sont embarrassants.

Nous avons provoqué d’énormes changements dans les plantes et les animaux qui partagent la planète avec nous, poussé de nombreuses espèces à l’extinction, laissé une couche de retombées radioactives suite à l’explosion de bombes nucléaires, modifié accidentellement la composition de notre atmosphère et laissé une couche de plastique qui, selon toute probabilité, existera encore dans un million d’années.

Bien après que le temps et l’érosion aient réduit en poussière tous nos exploits artistiques et techniques, notre désordre restera. Donner notre nom à cette époque est plutôt une confession. Cette reconnaissance est un premier pas vers des stratégies visant à minimiser notre influence néfaste.

Un article fascinant paru dans Nature* ce mois-ci décrit la recherche de ce que les scientifiques appellent un pic doré – un marqueur quelque part sur la planète affichant une signature claire et nette de changement significatif qui marquerait l’aube de l’Anthropocène. Ce qui rend le processus intéressant, ce n’est pas ce qu’ils choisissent comme point de départ, mais ce qu’il révèle sur la façon dont les humains sont devenus une force de changement sur la terre, et combien de temps les changements provoqués par l’homme persisteront. Cette compréhension pourrait déboucher sur des stratégies visant à minimiser notre influence néfaste.

Ces scientifiques en viennent à favoriser les explosions de bombes atomiques des années 1950, qui laissent une couche durable d’isotopes dans les lits des lacs et les dépôts de glace. Les gens ont également envisagé l‘avènement de l’élevage généralisé de poulets, qui laisse derrière lui les os de près de 60 milliards d’oiseaux chaque année.

Il y a une subjectivité à ce processus, a déclaré le planétologue David Grinspoon, dont le livre « La Terre entre les mains de l’homme » plaide en faveur de l’anthropocène. Une personne qui explorera la Terre dans 50 millions d’années ne trouvera peut-être pas de signes évidents que nous étions ici, a-t-il dit, mais si elle était archéologue de formation et faisait des fouilles, elle verrait que quelque chose d’extraordinaire s’est produit.

Les opposants à cette idée soutiennent que nous ne justifions pas notre propre ère géologique parce que nous sommes une espèce dont la durée de vie est trop courte. Nous n’avons vécu qu’environ 200 000 ans, et pendant la majeure partie de cette période, nous n’avons rien fait pour provoquer un changement durable. Ce n’est qu’il y a 50 000 ans que les hommes ont commencé à se répandre sur la planète, laissant dans notre sillage une vague d’extinctions des animaux que nous aimions manger. Et ce n’est qu’au siècle dernier – insignifiant en termes de temps géologique – que nous avons vraiment commencé à ajouter de nouveaux matériaux, tels que les plastiques, aux couches géologiques. Le temps géologique est long, et notre existence est courte, du moins jusqu’à présent.

Mais nous pouvons déjà savoir que notre influence sur la planète se prolongera dans le temps géologique. Les vestiges nucléaires de nos explosions de bombes dureront des centaines de milliers d’années, tout comme les traces de ces montagnes de plastique que nous avons jetées, dont certaines forment déjà un nouveau type de pierre, appelé plastiglomérat. Les scientifiques estiment que les changements générés par l’homme dans la chimie et la température de nos océans persisteront pendant des milliers d’années après que nous aurons appris à arrêter de brûler des combustibles fossiles.

Dans la calotte glaciaire du Groenland, des couches remontant à l’époque romaine montrent une contamination par le plomb industriel. L’essence au plomb du XXe siècle laissera une couche encore plus importante qui comprendra également du cadmium, de l’arsenic et des modifications chimiques qui ont eu lieu lorsque la couche d’ozone a fait un trou. (Alors que les bords de la glace fondent rapidement, la calotte elle-même, et les traces enterrées de notre pollution, pourraient durer encore un million d’années).

Plus profonde encore sera la modification des archives fossiles de la vie. Les Nations unies ont récemment estimé que, dans le monde, l’activité humaine est susceptible de provoquer l’extinction d’un million d’espèces. Nous ne savons pas vraiment combien d’espèces existent actuellement ; les biologistes en ont répertorié environ deux millions, mais estiment qu’il y en aurait au total environ 10 millions.

Une autre étude récente a montré que nous avons déjà radicalement changé les populations d’êtres vivants – détruisant 83% de tous les animaux sauvages et la moitié des plantes sauvages. Actuellement, les chercheurs estiment que 96 % des mammifères sont des humains ou du bétail, et que seulement 4 % sont des animaux sauvages.

Pour rendre l’Anthropocène officiel, un comité appelé Groupe de travail sur l’Anthropocène devra se mettre d’accord sur un pic d’or et créer une proposition, qui sera finalement soumise à l’approbation de l‘Union internationale des sciences géologiques. Mais même sans sanction officielle, l’idée fait son chemin dans l’imaginaire populaire.

Au XXe siècle, lorsque on écrivait sur les prédictions selon lesquelles les gaz à effet de serre réchauffaient la planète, les gens trouvaient arrogant de penser même que les êtres humains pouvaient affecter cette vaste planète. Mais la terre n’est pas, comme on l’a longtemps cru, trop vaste pour être modifiée par les humains, et avec une population de 7 milliards et plus, nous ne sommes pas trop petits pour laisser une marque indélébile.

Via Bloomberg

*

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.