Google veut supprimer progressivement le support des cookies third party dans Chrome d’ici deux ans

Google a annoncé le 14 janvier son intention de supprimer progressivement la prise en charge des cookies tiers dans Chrome au cours des deux prochaines années. Le fait que Google abandonne la prise en charge de ces cookies, qui sont généralement utilisés pour suivre les utilisateurs sur le Web, n’est pas nécessairement surprenant, compte tenu des annonces de Google concernant la protection de la vie privée dans Chrome, notamment son projet de « privacy sandbox » bac à sable de la protection de la vie privée ». Mais ce calendrier agressif est nouveau et met l’entreprise sur une voie qui aura également des répercussions sur de nombreuses autres industries.

« C’est notre stratégie pour ré-architecturer les standards du web, pour en faire un outil de préservation de la vie privée par défaut », a dit Justin Schuh, directeur de l’ingénierie Chrome chez Google. « Il y a eu beaucoup d’attention autour des cookies tiers, et c’est certainement l’un des mécanismes de suivi, mais ce n’est qu’un mécanisme de suivi et nous le signalons parce que c’est celui auquel les gens prêtent attention ». L’équipe de Google travaille également sur la prévention de la prise d’empreintes digitales, entre autres.

À partir de février, Google mettra également en œuvre certaines techniques visant à limiter le suivi intersite en appliquant ses nouvelles règles SameSite et en exigeant que les cookies étiquetés pour une utilisation par des tiers ne soient accessibles que via une connexion HTTPS. Les nouvelles règles SameSite, que Google a testées avec un sous-ensemble d’utilisateurs de Chrome au cours des derniers mois, sont quelque peu complexes, mais l’idée générale est que les développeurs qui souhaitent que d’autres personnes puissent utiliser leurs cookies devront les étiqueter explicitement comme tels.

Au cours des deux prochaines années, cependant, Google prévoit d’aller bien au-delà et de supprimer complètement de Chrome la prise en charge des cookies de tiers. Cela marque toutefois un changement massif pour le secteur de la publicité et les éditeurs qui dépendent souvent de la capacité des spécialistes du marketing à (pour le meilleur ou pour le pire) suivre les utilisateurs sur le web. La solution de Google à ce problème est le « bac à sable de la vie privée », qui devrait idéalement permettre aux annonceurs de vous montrer des annonces pertinentes tout en vous permettant de partager le moins possible sur vous et votre historique de navigation.

Reste à savoir à quoi cela ressemblera exactement, car de nombreuses idées sont encore en cours d’élaboration. M. Schuh a toutefois fait remarquer que Google ne veut pas faire cavalier seul et qu’il prévoit de passer par le processus des normes du web à cet effet. Il a indiqué que Google prévoit de commencer quelques essais au cours de l’année prochaine environ et de commencer à faire migrer les annonceurs et les éditeurs vers certains des nouveaux systèmes sur lesquels il travaille.

Il s’agit d’un changement massif, cependant, et Google sera certainement confronté à un certain recul. « Je ne vais pas dire que tout le monde a été d’accord avec toutes nos propositions », a admis M. Schuh. « Mais dans tous les coins, certaines propositions ont été très bien reçues. Pour celles qui ne l’ont pas été, nous sommes ouverts à des solutions alternatives tant qu’elles ont le type de propriétés en matière de confidentialité et de sécurité – tant qu’elles ont le même type de prévisibilité que nous attendons – parce que nous ne voulons pas mettre des solutions de fortune sur le web, nous préférons réparer l’architecture du web, […] nous ne voyons simplement pas d’autre alternative que de réparer l’architecture du web ».

D’autres, cependant, devront monter à bord, notamment les autres fournisseurs de navigateurs. M. Schuh semble optimiste, en partie parce que c’est aussi dans l’intérêt des utilisateurs. « Nous ne voulons pas que le web soit fragmenté », a-t-il déclaré. « Nous ne voulons pas que les gens aient à faire toutes les choses différentes qu’ils doivent faire sur tous les navigateurs. Nous voulons un niveau de cohérence ici, même s’il y a des détails sur lesquels les navigateurs choisissent d’être différents ».

Actuellement, beaucoup de concurrents de Chrome, comme Firefox de Mozilla, ont adopté des approches assez radicales pour simplement bloquer de nombreux cookies tiers. Google affirme que cela se fera au détriment du web et ne fera que pousser l’industrie à trouver des solutions de contournement.

Comme pour toutes les propositions récentes de Google en matière de protection de la vie privée, il sera intéressant de voir comment le secteur réagira à celle-ci. Compte tenu de son propre rôle dans l’écosystème publicitaire, Google a des intérêts financiers évidents à faire valoir et à préserver la santé de l’écosystème publicitaire sur le web.

Via Techcrunch

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.