La Finlande est en train de gagner la guerre sur les fakes news. Ce qu’elle a appris peut être crucial pour la démocratie occidentale

La Scandinavie n’arrête pas de faire ce qu’il faut : la défense du gouvernement finlandais contre la désinformation commence dès la maternelle et se poursuit jusqu’au lycée.

Les exercices comprennent l’examen des affirmations contenues dans les vidéos YouTube et les messages des médias sociaux, la comparaison de la partialité des médias dans une série d’articles « clickbait », l’étude de la manière dont la désinformation s’attaque aux émotions des lecteurs, et même la tentative des élèves d’écrire eux-mêmes de fausses nouvelles.

Ce pays petit et largement homogène se classe constamment en tête ou à proximité de la tête de presque tous les indices – bonheur, liberté de la presse, égalité des sexes, justice sociale, transparence et éducation – ce qui fait qu’il est difficile pour les acteurs extérieurs de trouver des fissures au sein de la société à ouvrir et à exploiter.

La Finlande a également une longue tradition de lecture – ses 5,5 millions d’habitants empruntent près de 68 millions de livres par an et elle vient de dépenser 110 millions de dollars pour une bibliothèque ultramoderne, appelée affectueusement « le salon d’Helsinki ». La Finlande obtient le meilleur score PISA de l’UE pour les performances en lecture.

Via CNN

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.