Anthropologie, cybernétique et création d’une nouvelle branche de l’ingénierie

Anthropologie, cybernétique et création d’une nouvelle branche de l’ingénierie

Une très bonne interview podcast de Genevieve Bell (il y a aussi une transcription au lien ici) sur l’Institut 3AI qu’elle a fondé – avec comme « prémisse de départ la création d’une nouvelle branche de l’ingénierie pour amener l’IA à l’échelle en toute sécurité ».

Cela couvre la réflexion qui sous-tend l’institut et les questions qui structurent son travail. Le projet n’est pas super nouveau mais s’inscrit dans la thématique cybernétique, son histoire, sa fondation, la série de conférences structurant la discussion, et le cadrage des questions originales de telle sorte que « ils devaient, par nécessité, donner un sens aux systèmes techniques, aux systèmes humains et aux systèmes écologiques ».

Il voulait convoquer ces conférences interdisciplinaires de grande envergure. Bien qu’il s’agisse d’une sorte de non-conférence ou d’ur-conférence( ubiquitous robot), avant que ce terme ne soit à la mode. La question était de savoir qui réunir pour parler de cybernétique, car c’est ainsi qu’ils l’ont formulé. […]

Ces sujets vont du contrôle de l’esprit, des idées sur la mémoire, des idées sur la conscience du poulpe, des idées sur l’apprentissage et le développement de l’enfant, des idées sur le subconscient, des idées sur les systèmes techniques et le calcul et la linguistique abstraite. […]

Je pense que les formes d’ingénierie des systèmes qui ont vu le jour au début du XXe siècle sont extrêmement importantes pour nous aujourd’hui, car nous pensons que nous examinons des systèmes qui ne sont pas seulement des systèmes technologiques, mais aussi des systèmes qui incluent la culture, les personnes et l’environnement, et que notre insistance à les considérer uniquement comme des systèmes techniques a créé des défis vraiment intéressants. […]

Pour moi, l’attrait de la cybernétique est à la fois d’aller vers une forme de pensée systémique qui est informée par l’idée d’un système qui doit nécessairement englober les personnes, l’environnement et la technologie, et pas seulement la technologie. Cela me paraît extrêmement important, alors que nous réfléchissons à ce qu’il faudrait pour mettre l’IA à l’échelle en toute sécurité.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.