Toutes vos marques préférées, de BSTOEM à ZGGCD

Un aperçu des fausses marques sur Amazon, leur provenance, l’origine des produits, leur fonctionnement, y compris ce qui équivaut à un DDOS de la procédure d’enregistrement des marques américaines.

C’est probablement un mauvais parallèle, mais cela y ressemble beaucoup : Amazon est aux produits factices ce que Facebook est aux nouvelles factices. Ce qui signifie : permettre des algorithmes armés, des mauvais comportements, des choses qui détruisent la confiance, qui gâchent des vies et des emplois, et où les deux entreprises font beaucoup moins qu’elles ne pourraient pour arrêter les problèmes.

Ces « pseudo-marques« , comme les appellent certains vendeurs d’Amazon, représentent une part importante et croissante des activités de l’entreprise. Ces milliers de nouvelles lignes de produits, lancées sur Amazon par des vendeurs tiers avec un minimum de marketing conventionnel, remplissant le site de catégories disparates de marchandises, dont beaucoup s’évaporent aussi vite qu’elles sont apparues, remettent en question ce que signifie être une marque. […]

Mais elle a beaucoup mieux réussi à recruter des entrepreneurs chinois pour vendre à l’étranger, à ouvrir des « parcs de commerce électronique transfrontaliers », où les vendeurs peuvent obtenir une assistance en matière de logistique, de stratégie de marque et de navigation sur la plateforme d’Amazon. Au cours des cinq dernières années, la société a également organisé des sommets pour les vendeurs chinois transfrontaliers. La conférence de l’année dernière, qui s’est tenue à Shanghai, a réuni plus de 10 000 vendeurs, dont beaucoup voient dans Amazon une alternative aux plateformes nationales de plus en plus saturées comme Taobao. […]

C’est le magasin qui compte, pas les produits, pas la marque. Ce n’est pas un produit ou une ligne de produits qu’il faut nommer, cultiver et protéger par une marque, mais plutôt cette mince et précieuse voie d’accès aux consommateurs américains, en particulier aux plus de 100 millions d’abonnés américains à Amazon Prime.

Via New York Times

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.