Voyez les logos générés par AI pour Apple, Google et Uber

Oui, on dirait qu’ils ont été créés par quelque chose qui ne sait pas vraiment ce qu’est Apple, Google ou Uber. Mais qui a plutôt bien géré Owdin !

Le travail de designer est encore à l’abri d’une prise de contrôle de l’IA. Il s’avère que les systèmes automatisés ont encore du travail à faire dans le département de la créativité.

C’est du moins ce qu’indique un nouvel outil Logo-Maker qui vient d’être lancé en version bêta par le marché indépendant Fiverr, basé en Israël. L’outil prétend pouvoir « créer un logo professionnel en quelques clics », en utilisant l’intelligence artificielle. Fastcompany l’a donc mis à l’épreuve et a utilisé l’outil pour créer d’autres logos pour les plus grandes marques actuelles, dont Apple, Google, McDonald’s, Uber, et même leur propre logo Fast Company, pour faire bonne mesure. Surprise ! Les designs sont aussi génériques que vous pouvez l’imaginer.

Pour créer un logo, l’utilisateur choisit dans une liste jusqu’à trois mots-clés de l’industrie pour orienter l’IA dans l’industrie où se trouve votre entreprise. Il n’y avait pas d’option « technologie » pour l’industrie, alors disons qu’il était un peu difficile de décrire correctement Apple ou Google. L’utilisateur peut entrer n’importe quel mot-clé.

Ensuite, l’utilisateur bascule entre une série d’options sur une échelle pour définir l’aspect et la convivialité de la marque. (Est-ce plus « classique » ou « moderne » ? « Amusant » ou « sérieux » ? « Traditionnel » ou « innovant » ?) Cliquez sur un bouton pour terminer, et en quelques secondes, un écran rempli d’options de logo vous attend. Selon Gali Arnon, directeur du marketing de Fiverr, les logos ont été réalisés par des designers « triés sur le volet » de la communauté Fiverr pour la qualité de leur travail. Certains d’entre eux sont issus d’agences, et d’autres sont des vendeurs Fiverr Pro ayant « des années d’expérience ».

J’ai testé sur Owdin ! Et certes, seuls 2 logos sont vraiment sympa et tous les autres à côté de la plaque, mais en voyant le premier de la liste j’étais ravie.

Arnon reconnaît que l’outil n’est pas destiné à remplacer le service plus personnel et à plus long terme qu’une entreprise recevrait en travaillant directement avec une agence : « Ce produit est destiné aux entreprises qui souhaitent une solution rapide de bricolage pour la réalisation d’un logo ». Et il est évident que la plupart des grandes entreprises comme Apple et Google n’utiliseraient pas un tel service car elles disposent d’un budget discrétionnaire pour engager une agence. La question est simplement de savoir ce qu’une petite entreprise abandonnera pour des raisons de commodité ou de valeur.

Il existe un mythe courant selon lequel l’IA remplacera le travailleur moderne d’une manière générale. Mais il comprend mal le fait que si les machines sont capables d’exécuter des tâches répétitives, elles ont encore un long chemin à parcourir pour produire des solutions artistiques ou créatives car leur apport (ou, disons, leur matière première) est constitué de données empiriques, sans compréhension de leur contexte ou de leur signification réelle. Une machine parvient à une solution en agrégeant des données et en trouvant des modèles répétitifs ; une sorte d’approche de la conception par la force brute qui n’a pas la nuance idiosyncrasique et la pensée critique d’un véritable concepteur. Comme le prouve ce générateur de logos alimenté par l’IA, on ne peut tout simplement pas automatiser la créativité.

Via Fastcompany

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.