Comment la dépendance aux smartphones modifie votre cerveau : des scans révèlent comment la matière grise des accros aux technologies change physiquement de forme et de taille, comme chez les toxicomanes

  • Des chercheurs allemands ont examiné les cerveaux de 48 participants à l’aide d’images IRM
  • Au total, 22 personnes dépendantes et 26 personnes non dépendantes des smartphones ont constitué la cohorte
  • Les chercheurs ont constaté une diminution du volume de la matière grise dans des régions clés du cerveau
  • Un phénomène similaire est observé chez les personnes souffrant de toxicomanie

Je ne peux que témoigner de cela après m’être faite voler mon smartphone la semaine dernière : j’ai perdu la mémoire des numéros, j’ai été envahis d’une angoisse sans carte pour me géolocaliser, et en manque de ne pouvoir communiquer avec personne.

La dépendance aux smartphones modifie physiquement la forme et la taille du cerveau humain de la même manière que l’organe d’un toxicomane, selon une étude.

Les images prises par un scanner IRM ont révélé que le cerveau des personnes atteintes de SPA (dépendance aux smartphones) a un volume de matière grise plus faible dans certaines parties clés du cerveau.

Les images ont également révélé une activité cérébrale moindre chez les accros aux smartphones par rapport aux non accros.

Des schémas et des tendances similaires de diminution de la matière grise ont également été enregistrés dans l’esprit des toxicomanes.

Des chercheurs allemands ont examiné 48 participants à l’aide des images IRM – 22 personnes dépendantes des smartphones et 26 non dépendantes.

Les chercheurs écrivent dans l’étude, publiée dans la revue Addictive Behaviors : Par rapport aux témoins, les personnes dépendantes aux smartphones ont montré un volume de matière grise inférieur dans l’insula antérieure gauche, le cortex temporal inférieur et le cortex parahippocampique.

La diminution de la matière grise dans l’une de ces régions, l’insula, a déjà été liée à la toxicomanie.

Ils ajoutent que c’est la première preuve physique d’un lien entre l’utilisation de smartphones et les altérations physiques du cerveau.

Les auteurs, de l’Université de Heidelberg, écrivent : « Compte tenu de leur utilisation répandue et de leur popularité croissante, la présente étude remet en question l’innocuité des smartphones, du moins chez les personnes qui risquent davantage de développer des comportements de dépendance liés aux smartphones ».

La dépendance aux smartphones est une préoccupation croissante des scientifiques et des professionnels de la santé, car les enfants, en particulier, passent de plus en plus de temps sur les téléphones.

QU’EST-CE QUE LA DÉPENDANCE AUX SMARTPHONES ?

Le terme « dépendance aux smartphones » a souvent été critiqué dans la littérature scientifique.

Certains experts estiment que l’absence de conséquences négatives graves par rapport à d’autres formes de dépendance rend ce nom trompeur.

Certains disent que le problème ne concerne pas le smartphone, mais qu’il s’agit simplement d’un moyen d’accéder aux médias sociaux et à l’internet.

D’autres termes tels que « utilisation problématique du smartphone » et d’autres concepts ont été proposés à la place.

Malgré la controverse sur le terme « addiction aux smartphones », comme décrit ci-dessus, il reste le terme le plus répandu dans le monde scientifique.

En outre, les instruments psychométriques utilisés dans de nombreuses études font explicitement référence au concept de « dépendance aux smartphones ».

Dans les années à venir, on pourrait observer un glissement de l’expression « dépendance aux smartphones » vers des termes plus appropriés, comme nous l’avons vu plus haut.

Via Dailymail

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.