Les hôteliers sont invités à prendre conscience de la montée de la non-monogamie

Les retraites, les chambres d’hôtel et les services pour plus de deux personnes apparaîtront au fur et à mesure que les gens commenceront à nouer des relations multiples ou à rechercher des liens avec divers partenaires

Les escapades romantiques étaient autrefois basées sur l’hypothèse que l’amour ne s’additionne qu’à deux. Mais à une époque où les valeurs des jeunes générations, qui sont flexibles et fluides en tout ce qui concerne les conditions de vie et l’expression de leur sexe, changent, il y aura une demande croissante pour répondre aux besoins des non-monogames.

À mesure que les modalités de travail et de vie en commun deviendront une nouvelle norme, de nouvelles façons de rencontrer un partenaire – ou plusieurs partenaires – apparaîtront également. Les nouveaux modèles de vie nomade s’accompagneront inévitablement d’une déconstruction de l’idée que le partenariat romantique consiste en une monogamie et une cohabitation en couple.

Le co-marquage sera le sous-produit de la culture du travail et de la vie en commun, car les partenaires se rencontreront et se connecteront dans ces nouveaux espaces hybrides. Les rencontres dans ces lieux deviendront de plus en plus un moyen commun de susciter l’amour – et la nature péripatétique de ces modes de vie permettra aux gens de poursuivre des relations multiples avec de nombreux partenaires dans de nombreux endroits, à la fois.

Des applications telles que The Standard’s Lobby, qui permet aux utilisateurs de se connecter anonymement pendant leur séjour à l’hôtel, indiquent une forme précoce de co-romance des voyages. Bob Shevlin de l’UXUA, un hôtel de luxe durable de premier plan – visité par des personnes comme Beyoncé et Mark Ronson – au Brésil, reconnaît également ce changement technologique : « Avant, nos clients gays venaient nous demander où se trouvait le meilleur bar gay. Aujourd’hui, grâce à des applications comme Grindr, ils ont déjà fixé des rendez-vous avant de venir séjourner ».

Au fur et à mesure que les relations se diversifient, il en va de même pour les voyages d’étape qui les marquent. Les polymoons – des lunes de miel pour les partenaires non monogames – en viendront à être considérées comme aussi importantes que les lunes de miel avec un seul conjoint. Et avec 20 % de la population américaine ayant essayé une relation poly ou ouverte au cours de leur vie selon le Journal of Sex and Marital Therapy, il existe manifestement un marché de l’hospitalité en pleine croissance pour ceux dont les besoins ne sont pas reconnus.

Les escapades de type retraite pourraient aider les groupes polyamoureux à se rapprocher ou à initier les couples ouverts aux principes du polyamour ou polyamorie.


His, His & Hers by Mr, Mr & Ms Cooper-Liu-Tsapenko, Netherlands

Les « polymoons » – les lunes de miel pour les partenaires non monogames – seront bientôt considérées comme aussi importantes que les voyages avec le nouveau conjoint.

L’auteur et coach sexuel Olivia Pavlov déclare : « L’industrie de l’hôtellerie de luxe manque actuellement d’un marché important en ne s’adressant pas aux voyageurs non monogames ; et elle pourrait être fortement récompensée si elle commençait à cibler ce segment de la population ».

Bien que ce marché ait pu être ignoré en raison de la stigmatisation liée à la polyamorie, l’attitude des jeunes générations évolue pour défendre la liberté sous toutes ses formes – et à mesure que ces jeunes consommateurs vieilliront dans le marché du luxe, ils s’attendront à ce qu’il réagisse.

Avec des célébrités de premier plan comme Bella Thorne qui poursuivent ouvertement des relations polyamoureuses, la visibilité des modèles de relations non monogames encouragera le mode de vie à se manifester au grand jour. Et avec la visibilité viendra l’exigence de respect. Shevlin le reconnaît : Nous voulons tous nous sentir les bienvenus quand nous voyageons. Être hôtelier est une opportunité éducative ; le mieux est de laisser l’hôte nous apprendre la signification de termes tels que « relation » ou « couple », et de l’accepter ».

Les escapades de type retraite pourraient aider les groupes polyamoureux (aussi appelés polycules) à se lier et à communiquer, ou encore initier les couples ouverts aux principes de la polyamorie. Les hôtels, quant à eux, avec leurs nombreuses installations, leurs chambres de tailles et de services variés, sont parfaitement placés pour accueillir les polycules, les partenaires ou plus encore polyamoureux. Les polycules pourraient également bénéficier des plaisirs que promettent traditionnellement les hôtels – mais seulement si les offres et la programmation sont adaptées de manière réfléchie.

Réfléchissez à la manière dont les hôtels peuvent adopter ces nouvelles configurations de relations. Ajouter des lits triples à l’offre standard de chambres doubles et de chambres à lits jumeaux, ou peut-être trois ou plusieurs peignoirs. À l’ère de l’hyper-personnalisation, il est tout simplement logique d’adapter les expériences à ces futurs clients – même si leurs besoins actuels semblent non conventionnels.

Stories From the Polycule: Real Life In Polyamorous Families

Via The Future Laboratory

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.