Stratégie narrative

Tom Critchlow nous livre une réflexion intéressante sur les idées de quelques indépendants qui, d’une manière ou d’une autre, utilisent l’écriture et la narration dans leur travail de stratégie. C’est un aspect, ou une couche, dans quelque chose comme un ensemble de compétences et de pratiques.

Quelques mots concernant une autre couche ; pour être bon, le travail stratégique et la rédaction sont généralement basés sur l’expérience et peut-être sur certaines méthodes ou processus. Mais ce qu’il est bon de faire, c’est de le baser sur une observation et une compréhension continues. J’entends par là l’observation de nombreux domaines différents, la reconnaissance d’aspects, de tendances et de modèles remarquables, et l’intégration de tous ces éléments dans notre travail – qu’il s’agisse de conception, d’écriture, de stratégie, de conversation, etc.

Il me semble que de nombreux stratèges se concentrent sur une pratique relativement stagnante, où je crois plutôt qu’un flux constant de nouveaux apprentissages et de prises de conscience est essentiel pour être pertinent. C’est là qu’intervient le deuxième aspect de mon travail : la rédaction de briefings pour mes clients, portant sur des sujets et des questions spécifiques, afin d’éclairer leur réflexion.

Le partenariat de réflexion et les briefings peuvent encore être difficiles à vendre car l’idée que « donner plus de sens à ce qui se passe vous aide à donner plus de sens à votre propre travail/stratégie » ne semble pas être un bon investissement pour tout le monde. Ce qui, franchement, est déconcertant.

* En parlant de cela, y a-t-il des femmes à recommander qui travaillent dans un domaine similaire ?

Et c’est là qu’intervient la stratégie narrative. Il s’avère que l’écriture sérialisée est le moyen parfait pour s’assurer que la stratégie « en mouvement » est articulée, diffusée et comprise par un plus grand nombre de personnes au sein de l’entreprise. […]

Cela vaut également pour le travail de partenariat de réflexion individuel. Ici, l’objectif était de traduire la réflexion au niveau macro, ou l’expérience personnelle, en idées concrètes pour le public du client. […]

Thèmes, récits, métaphores, abstractions. Ce sont des outils de compréhension. Ils peuvent être déployés en interne pour définir une vision de l’entreprise ; ils peuvent servir de moteur à la vision et à la feuille de route du produit ; ils peuvent être utilisés dans les argumentaires de vente ; ils peuvent même être utilisés dans les interfaces du produit. […]

L’articulation est le premier produit. Vous devrez toujours trouver de meilleures façons de communiquer pour faire avancer votre entreprise.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.