Une page blanche pour un nouveau départ

En lisant ceci, j’ai eu le sentiment récurrent que l’interview est trop positive, que nous devons nous préoccuper beaucoup plus de la vaste souffrance humaine actuelle avant de nous lancer pleinement dans une telle vision. Néanmoins, j’espère vraiment que le « nouveau départ » envisagé par Li Edelkoort dans ses réponses se concrétisera. Un nouveau départ où l’humanité prend un grand recul par rapport au néolibéralisme, à la surconsommation, à l’excès de voyages et à la destruction de la planète. Je me demande également quand et comment des personnes qui comprennent la situation et les enjeux peuvent pousser les autres à réfléchir, amener plus de gens à réfléchir à ce qu’ils perdent pendant la pandémie, et s’ils ont vraiment besoin de récupérer ces pertes.

L’impact du coronavirus sera multiple et complexe, allant de l’incrédulité et de l’assurance sociale à la perception progressive de l’impact sur nos vies, en passant par une appréhension sinistre de ce que pourraient être les scénarios, jusqu’à la réalisation de solutions éventuelles par l’autoséparation dans la société et des bureaux, ateliers et retraites autonomes. […]

L’épidémie nous obligera à ralentir le rythme, à refuser de prendre l’avion, à travailler chez nous, à ne recevoir que des amis proches ou de la famille, à apprendre à devenir autonomes et attentifs. […]

Nous serons en mesure d’avoir une page blanche pour un nouveau départ car beaucoup d’entreprises et d’argent seront anéantis dans le processus de ralentissement. Rediriger et redémarrer exigera beaucoup de perspicacité et d’audace pour construire une nouvelle économie avec d’autres valeurs et d’autres façons de gérer la production, le transport, la distribution et la vente au détail. […]

Malheureusement, dans cette catastrophe, il n’y a pas de remède immédiat. Nous devrons ramasser les résidus et tout réinventer à partir de rien une fois le virus maîtrisé. Et c’est là que j’ai bon espoir : un autre système, meilleur, à mettre en place dans le respect du travail et des conditions de vie des hommes. En fin de compte, nous serons obligés de faire ce que nous aurions déjà dû faire en premier lieu. […]

Plus d’informations sur → : Un tweet avec une « proposition modeste » en neuf points, très en accord avec la réflexion que je mentionne ci-dessus. Pourquoi nous faut-il une pandémie mondiale pour ralentir ? Nous avons maintenant l’occasion de réfléchir à nos actions. Tirez le meilleur parti de cette quarantaine : réimaginez votre façon de vivre votre vie.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.