Pire scénario de coronavirus : 214 millions d’Américains infectés, 1,7 million de morts

Les chiffres les plus pessimistes concernent ce qui se passerait si aucune mesure n’était prise pour ralentir le virus, qui se propage de personne à personne, raconte Antonio Regalado pour TechReview.

Selon le New York Times, les modélisateurs des centres américains de contrôle et de prévention des maladies prévoient que jusqu’à 65 % de la population américaine pourrait être infectée par le nouveau coronavirus.

Les modèles : Selon le rapport, le CDC a partagé ses modèles avec 50 équipes d’experts, qui travaillent toutes à l’estimation de la vitesse de propagation du virus et de la gravité des cas de syndrome grippal qu’il provoque.

Les chiffres les plus pessimistes reflètent ce qui se passerait si aucune mesure n’était prise pour ralentir le virus, qui se propage de personne à personne. Si cette transmission n’est pas maîtrisée, chaque personne porteuse du virus pourrait en infecter deux ou trois autres, ce qui entraînerait un accroissement de la contagion.

Selon le Times, le CDC a prévu que 2,4 à 21 millions de personnes aux États-Unis pourraient se retrouver à l’hôpital, submergeant les services d’urgence et les unités de soins intensifs. Le nombre de décès dans certains modèles allait de 200 000 à 1,7 million. Le taux de mortalité du virus est estimé à 3,5 % par l’Organisation mondiale de la santé.

À titre de comparaison, environ 30 000 personnes meurent de la grippe chaque année aux États-Unis.

Le coronavirus a commencé à se propager à la fin de l’année dernière en Chine, et des cas ont été trouvés dans plus de 100 pays jusqu’à présent.

Interventions : Pour ralentir la propagation du virus, le principal outil accessible au grand public est la distanciation sociale. Des conférences et des réunions sont annulées, et des écoles ont fermé. La NBA a annulé le reste de sa saison. En Italie, les autorités ont fermé des entreprises, des musées et des sites historiques.

Ces changements de comportement devront être intégrés dans les modèles, et les projections futures pourraient être moins désastreuses.

Silence officiel : La Maison Blanche n’a pas encore fourni aux Américains les meilleures estimations de l’épidémie, ce qui ajoute à la confusion autour de la réponse aux épidémies à Seattle, Boston et dans au moins 46 États. Le gouverneur de l’Ohio, Mike DeWine, a déclaré qu’il pensait qu’il y avait 100 000 cas non diagnostiqués dans son État.

Les projections, que le Times dit avoir obtenues grâce à des captures d’écran, sont similaires aux estimations créées par les épidémiologistes de l’Université de Harvard et d’ailleurs. Elles supposent que le virus se répandra largement au cours de l’année prochaine.

La modélisation du véritable cours de la pandémie dépendra de meilleures informations scientifiques et doit refléter les effets des contre-mesures ainsi que des questions telles que les réserves d’équipement médical.

« Nous sommes très, très attentifs à nous assurer que nous disposons d’une modélisation scientifiquement valable qui s’appuie correctement sur l’épidémie et sur ce que l’on sait du virus », a déclaré au Times Ira Longini, l’un des experts informés par le CDC. « Vous ne pouvez pas gagner. Si vous en faites trop, vous paniquez tout le monde. Si vous en faites trop peu, ils deviennent complaisants. Vous devez être prudent ».

Via TechReview

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.