COVID-19 : n’oubliez pas les sourds

Le public doit savoir comment reconnaître, signaler et endiguer le coronavirus COVID-19 si nous voulons maîtriser la pandémie actuelle. Cependant, la diffusion précise de cette information cruciale parmi les communautés de sourds pose problème car il n’existe pas de vocabulaire universel des signes pour le virus. Il est demandé instamment à l’Organisation mondiale de la santé de créer une convention internationale de signes pour le coronavirus et la maladie COVID-19 qu’il provoque.

Au moins 15 signes différents sont actuellement utilisés pour désigner le coronavirus dans les pays touchés par la pandémie. Le Brésil en utilise au moins trois à lui seul. Certains de ces signes sont basés sur des variantes non scientifiques qui pourraient, par exemple, évoquer la peur de la morsure d’un animal. Même la fourniture d’informations écrites n’est pas fiable en raison des différents niveaux de compréhension du portugais – la deuxième langue des citoyens sourds – au sein des communautés.

Une communication aussi désordonnée n’est pas acceptable. Elle risque de perpétuer la désinformation et de favoriser des actions malavisées de la part des personnes concernées, mettant ainsi en danger leur propre vie et celle de la société tout entière.

Seule message passé en Guadeloupe (le 6 mars) :

Voir sur Quartz

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.