Le destin des pays du monde entier est entre les mains de quelques politiciens, plus qu’à aucun autre moment depuis un demi-siècle ou plus

  • Deux hommes politiques en particulier, le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman et le président russe Vladimir Poutine, ont effacé environ 20 000 milliards de dollars de la valeur des réserves mondiales de pétrole cette semaine lorsqu’ils ne sont pas parvenus à un accord sur la réduction de la production de pétrole. Cela représente plus de 2 500 $ par être humain sur la planète.

La propagation du nouveau coronavirus est également fonction de l’action décisive des chefs d’État, ou de leur absence d’action. Seuls les gouvernements déterminent si le nombre de nouveaux cas augmente de manière exponentielle ou s’il est maîtrisé en quelques jours.

Pourquoi cela importe-t-il ? Le gouvernement chinois, par son inaction, a permis au COVID-19 de se développer au point que les infections mondiales étaient inévitables. Les actions chinoises ultérieures ont cependant été décisives et efficaces.

  • La Corée du Sud a également été efficace dans la lutte contre le coronavirus et a réussi à le faire grâce à « l’ouverture et la transparence » plutôt qu’à des mesures de confinement.
  • Le Premier ministre italien Giuseppe Conte a verrouillé tout le pays, imposant de sévères restrictions aux voyages et fermant tous les magasins, à l’exception des épiceries et des pharmacies.
  • Donald Trump, au contraire, a fait tourner les marchés en bourrique en parlant du virus comme d’une attaque politique plutôt que d’une urgence épidémiologique. Son plan pour minimiser la propagation domestique du COVID-19 est surtout remarquable par son inexistence.

La vue d’ensemble : Il est généralement très difficile de déterminer le montant du crédit ou de la responsabilité pour les conditions économiques qui peuvent être mises à la charge d’un politicien individuel. Les chefs d’État ont tendance à hériter d’un système économique et à s’y tenir. Mais une pandémie mondiale est exactement le genre de choc que seule l’action gouvernementale peut contrer.

  • La Russie et l’Arabie saoudite ont déjà échoué à ce test. Confrontées à une baisse importante de la demande à cause du coronavirus, elles n’ont pas réussi à s’entendre pour réduire l’offre d’une quantité similaire. Au lieu de cela, ils ont tous deux décidé d’augmenter la production, ce qui a fait chuter les prix du pétrole (et de la bourse).
  • Les États-Unis échouent également. Leur nombre officiel de 1 281 cas de coronavirus est bien inférieur à la réalité, étant donné que les kits de dépistage ont été extrêmement rares et que le pays avait testé moins de 5 000 personnes à la date de lundi. (La Corée du Sud, en revanche, avec seulement 15% de la population américaine, a testé près de 200 000 personnes).

Le résultat : Dans la vie quotidienne normale, une personne atteinte du nouveau coronavirus infectera plus de 3 autres personnes. C’est une recette simple pour une croissance exponentielle. Des chefs d’État efficaces ont montré qu’ils avaient la capacité de modifier le comportement des individus dans leur pays de manière à ce que le nombre de personnes infectées soit réduit à moins d’un.

Normalement, la santé d’un pays est fonction de la force de son économie. Cette corrélation a maintenant été temporairement inversée. Les politiciens doivent ralentir l’activité économique pour sauver leur pays.

Via Axios

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.