La course aux masques

Alors que les infirmières et les médecins aux États-Unis et en Europe sont à court de matériel essentiel pour répondre à l’afflux de patients infectés par le nouveau coronavirus, les géants de la technologie entrent en action : Apple Inc. a déclaré qu’elle ferait don de « millions » de masques.

Facebook Inc. donnera 720.000 de la réserve qu’elle avait accumulée au cas où les feux de forêt en Californie persisteraient. Et Intel Corp. a déclaré qu’elle ferait don de plus d’un million d’articles, dont des masques et d’autres fournitures. La start-up Flexport Inc. a mis à profit son opération logistique pour acheter pour 1,4 million de dollars de masques et autres équipements de protection médicale pour le département de la santé de San Francisco. Cela s’ajoute aux nouveaux efforts de sociétés non technologiques comme la société allemande Fiat Chrysler Automobiles NV et les ateliers français de Balenciaga et Saint Laurent.

Même le milliardaire chinois Jack Ma distribue désormais des millions de masques dans le monde entier. Et il a déclaré qu’il enverrait des cargaisons de fournitures d’urgence aux États-Unis. « Nous allons expédier sur de longues distances, et nous allons nous dépêcher ! » a-t-il tweeté au cours du week-end.

Les efforts des entreprises technologiques arrivent alors que les hôpitaux se trouvent à un niveau alarmant de pénurie de fournitures. Dans l’État de Washington, des travailleurs hospitaliers désespérés ont confectionné des équipements de protection à partir de rubans industriels, d’élastiques et d’autres fournitures artisanales comme mesures palliatives pour faire face à de graves pénuries. Pendant ce temps, le maire de New York a déclaré que la ville pourrait être confrontée à une pénurie d’équipement potentiellement mortelle d’ici la semaine prochaine.

À l’heure où les gouvernements font l’objet de critiques sévères pour leur gestion de la pandémie – à la fois pour ne pas en faire assez et pour en faire trop – ces efforts ressemblent à une grâce salvatrice. Mais il y a des limites à l’efficacité de l’industrie privée. Souvent, les entreprises technologiques américaines ne fabriquent pas grand-chose sur le territoire national et n’ont pas d’usines sur le sol américain qu’elles pourraient facilement transformer en usines de production d’appareils médicaux. Elles comptent donc sur leurs relations avec les usines asiatiques qui fabriquent leurs gadgets et leurs importantes réserves de liquidités pour essayer d’acheter des masques sur le marché privé, d’autant plus que la demande baisse en Chine et augmente dans le reste du monde.

Et si chaque petit geste compte – en particulier pour les travailleurs médicaux de première ligne qui ont désespérément besoin d’équipements de protection individuelle – comme le souligne Vox, tous les dons des géants de la technologie réunis ne seront qu’une goutte d’eau dans la mer par rapport à la demande galopante des hôpitaux. Pour faire de réels progrès rapidement, les États-Unis devront probablement mettre de côté leurs tensions politiques avec la Chine afin de trouver un moyen d’augmenter substantiellement les importations de masques en provenance de ce pays. La Chine était déjà un producteur massif de fournitures médicales, et elle est en train de remettre ses usines en service après le confinement de sa propre crise du coronavirus.

Les leaders technologiques peuvent aider à sauver des vies et donner le bon exemple, mais une action gouvernementale plus large sera nécessaire pour que les masques de la Chine soient acheminés aux États-Unis à une échelle significative et assez rapidement. Même Jack Ma ne peut pas résoudre cette crise seul.

Via Bloomberg

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.