Les Jeux olympiques d’été exigent un changement de cap herculéen

Avec les Jeux olympiques d’été de 2020 qui se dérouleront en 2021, Tokyo, NBCUniversal et les annonceurs se bousculent pour endiguer l’hémorragie financière. Avec autant d’argent en jeu, il faut s’attendre à des mois de litiges, car les annonceurs négocient ce qu’ils doivent faire de leurs investissements préengagés.

Un monstre d’argent

Le Covid-19 prouve qu’une « guerre invisible » fait rage… et que tout le monde est touché. Tokyo va ressentir la pression, ayant déjà dépensé plus de 26 milliards de dollars pour préparer les jeux. Avec des millions de billets déjà vendus, le Comité international olympique (CIO) est sur le point de faire face à un cauchemar logistique.

Ayant déjà vendu pour des milliards de dollars de publicité, les marchés internationaux des médias sont en chute libre pour récupérer les coûts.

  • NBCUniversal travaille avec les annonceurs sur le sort de ses 1,25 milliard de dollars déjà engagés dans la publicité.
  • Les engagements supplémentaires sont estimés à plus de 6 milliards de dollars.
  • À mesure que les entreprises se serrent la ceinture, elles feront pression pour récupérer leur argent au lieu de simplement reporter leur investissement.

Universal pariait sur les Jeux olympiques pour donner un coup de pouce bien nécessaire à son prochain service de streaming, Peacock. Sans les jeux comme grand enjeu, Universal doit élaborer une stratégie pour se démarquer de toutes les autres options de streaming.

Covid vole l’or

Face à la pression croissante pour ne pas laisser 10 000 athlètes du monde entier se rassembler pour la compétition, le CIO a réalisé qu’il n’avait pas d’autre choix que de suspendre les jeux d’été au fur et à mesure que la pandémie se propageait. C’est la première fois au siècle dernier que les Jeux olympiques et paralympiques sont reportés pour une raison autre que la guerre.

  • Ils devaient initialement commencer le 24 juillet.
  • Le CIO espère fixer une nouvelle date au plus tard l’été prochain.
  • Le ministre japonais des Jeux olympiques, Seiko Hashimoto, a récemment qualifié cette décision d' »inconcevable ».
  • La flamme olympique continuera de brûler au Japon, agissant comme une « balise d’espoir ».

Et l’espoir est ce que tout le monde recherche en ce moment. Les spécialistes du marketing, les entreprises et les sponsors devront s’adapter en conséquence, en veillant à ce que leur budget publicitaire trouve un prolongement après la pandémie.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.