Après le capitalisme de la chaîne d’approvisionnement

Les ruptures dans la chaîne d’approvisionnement montrent « simplement » à tout le monde ce que les moins privilégiés ont déjà vu ; un marché de recyclage construit pour faire du profit, ignorant les humains dans la chaîne, et toute responsabilité ou considération sociale quelle qu’elle soit.

La lisibilité et l’ordre de la normalisation conteneurisée dans les chaînes d’approvisionnement ne résout pas ou n’efface pas la complexité ou le risque sur le terrain, elle ne fait que l’occulter aux yeux des consommateurs. […]

Les principes du capitalisme de la chaîne d’approvisionnement – la dépendance à l’égard de la main-d’œuvre externalisée, l’accent mis sur la livraison juste à temps, la foi dans la prise de décision fondée sur les données, la recherche d’économies d’échelle – ont parfois joué un rôle sous-estimé dans l’émergence d’inégalités liées au numérique que le COVID-19 va probablement exacerber. […]

L’insistance sur le fait que la dignité et la vie ne sont pas aussi essentielles que l’efficacité et la performance du marché doit être minée par un filet de sécurité sociale qui protège toutes les personnes, y compris et surtout les travailleurs les plus exposés, qu’ils soient confrontés à une pandémie ou simplement aux cruautés ordinaires du capitalisme.

Via Data Society

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.