L’avenir du long-termisme

Au cours des derniĂšres dĂ©cennies, nous avons rĂ©duit le temps Ă  des pĂ©riodes de plus en plus courtes. Comme l’a dit un jour l’investisseur Esther Dyson : « En politique, la pĂ©riode dominante est un mandat, dans la mode et la culture, c’est une saison. Pour les entreprises, c’est un quarter, sur Internet, ce sont des minutes, et sur les marchĂ©s financiers, quelques millisecondes ». Nos capacitĂ©s structurelles et nos incitations sous-jacentes sont profondĂ©ment codĂ©es pour faire progresser la rĂ©flexion et la prise de dĂ©cision Ă  court terme. Ce dĂ©ficit sociĂ©tal fondamental dans la rĂ©flexion prospective imprĂšgne nos infrastructures psychologiques, culturelles, technologiques, juridiques, financiĂšres et politiques – amplifiant un biais vers le prĂ©sent – ce qui se traduit par des sujets Ă  courte vue et vulnĂ©rables, des investissements financiers Ă  court terme, des Ă©conomies de gaspillage et une fracture politique croissante entre les relations intergĂ©nĂ©rationnelles.

Alors que la dĂ©gradation Ă©cologique, les dettes publiques et les risques technologiques deviennent une rĂ©alitĂ©, nous n’avons plus le luxe de pouvoir traiter l’avenir comme un avant-poste lointain.

Pour faire face aux multiples crises auxquelles nous sommes confrontĂ©s aujourd’hui, nous devons Ă©tendre notre cadre de rĂ©fĂ©rence temporel et Ă©laborer des rĂ©ponses stratĂ©giques et critiques qui orientent les profondes transformations structurelles du long terme. En d’autres termes, nous devons dĂ©velopper la volontĂ©, la motivation et les instruments structurels pour Ă©chapper Ă  l’emprise du prĂ©sent et prendre conscience de notre pouvoir et de notre responsabilitĂ© sur l’avenir. C’est une enquĂȘte que nous entreprenons – en collaboration avec une sĂ©rie de partenaires – dans le cadre de l’initiative de dĂ©monstration approfondie du long-termisme EIT Climate-KIC, qui se concentre sur la transformation des grands systĂšmes pour permettre une rĂ©orientation des mentalitĂ©s, des comportements et des mĂ©canismes qui favorisent la rĂ©flexion sur l’avenir.

Aux Dark Matter Labs, leur contribution actuelle Ă  ce travail consiste en une sĂ©rie de « zones d’expĂ©rimentation et de sondage ». Ils pensent que ces zones sont le dĂ©but de l’imagination de futurs alternatifs et qu’elles s’Ă©tendent Ă  l’autonomisation individuelle, aux rĂ©cits culturels, aux processus dĂ©mocratiques, aux instruments financiers et aux rĂ©formes politiques. Ces zones ne sont pas exhaustives, elles servent plutĂŽt de points de dĂ©part pour spĂ©culer sur les changements systĂ©miques vers le long terme.

Pour crĂ©er un prĂ©sent centrĂ© sur l’avenir,  cherchons Ă  passer (1) des « Perishable Selves » aux « Persistent Selves » (des sois pĂ©rissables Ă  des sois rĂ©sistants) ; (2) des « Obsolete Objects » aux « Persistent Things »(d’objets obsolĂštes Ă  des choses rĂ©sistantes) ; (3) des « Abstracted » aux « Entangled Organisations » (des organisations abstraites Ă  des organisations connectĂ©es); (4) du « Shrinking State Care » au « Long Welfare » (rĂ©duction de soins de santĂ© Ă  un systĂšme de santĂ© pĂ©renne) ; (5) des « Short-term Investments » aux « Long Financing » dans un monde volatile(des investissements volatiles Ă  des investissements durables) ; (6) et des « Limited Representative Democracies » aux « Long Democracies » (de dĂ©mocraties reprĂ©sentatives Ă  des dĂ©mocraties long terme) ; ils dĂ©finissent ces zones comme leurs six « zones d’expĂ©rimentation ». En utilisant ce cadre initial, ils explorent six sondes expĂ©rimentales interdĂ©pendantes Ă  tester simultanĂ©ment afin de commencer Ă  enquĂȘter sur une transformation profonde et Ă  long terme.

Les cinq domaines d’action sont les suivants :

  • RĂ©tablir les rĂšgles du jeu en matiĂšre de rĂ©glementation et de gouvernance ;

  • Repenser les notions de valeur pour rĂ©former le systĂšme financier ;

  • Renforcer l’autonomie des individus par la transparence de l’information, le renforcement des capacitĂ©s et le changement de comportement ;

  • Permettre l’action collective et crĂ©er de nouveaux espaces dĂ©mocratiques pour crĂ©er une pression de fond en faveur du changement ;

  • et Changer la culture et les discours pour promouvoir les mentalitĂ©s Ă  long terme.

En parallĂšle et en reconnaissance de l’ampleur des changements nĂ©cessaires, le CCI Climat de l’IET, en collaboration avec Dark Matter et leurs partenaires, expĂ©rimente Ă©galement de nouveaux instruments, mĂ©canismes et vĂ©hicules qui peuvent investir sur des pĂ©riodes plus longues, investir dans l’expĂ©rimentation institutionnelle de codes profonds nĂ©cessaire, investir verticalement dans des portefeuilles allant du changement culturel profond aux nouvelles infrastructures institutionnelles pour accĂ©lĂ©rer la transition de l’Europe vers une sociĂ©tĂ© Ă  long terme.

Consultez :

1. Des sujets périssables aux sujets persistants
2. Des objets obsolĂštes aux choses persistantes
3. De l’abstraction des organisations Ă  leur interconnexion
4. De la rĂ©duction des soins de l’État Ă  l’aide sociale de longue durĂ©e
5. Des investissements Ă  court terme aux financements Ă  long terme dans un monde volatile
6. De la limitation des démocraties représentatives aux démocraties longues

Via Climate-KIC

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.