Peut-être que la chaîne d’approvisionnement centralisée de la Chine ne durera pas éternellement

Dans un exercice similaire à celui de Prémonition, Matt Webb examine la chaîne d’approvisionnement centralisée mondiale et la façon dont elle pourrait changer dans un avenir proche. Il pense que la frontière entre la valeur de la fabrication lointaine + l’expédition et la fabrication locale est plus mince que nous le pensons.

Si j’étais en charge de la politique industrielle, je parierais contre l’hégémonie de la chaîne d’approvisionnement centralisée. C’est-à-dire : ne plus tout faire fabriquer en Chine, mais passer à la fabrication locale et à de nombreuses autres usines, plus petites, en réseau. Je parle d’une vingtaine d’années. […]

Les frais d’expédition augmentent. Le transport maritime est un cauchemar carbone, et les règles en matière de carburant sont en train de changer, ce qui entraînera une hausse considérable des coûts. Cette tendance se poursuivra à mesure que nous prendrons le changement climatique au sérieux. En quoi cela change-t-il l’économie ? Et quels sont les autres chiffres qui changent et que je n’ai pas encore vus ? […]

N’entrons même pas dans la situation actuelle (gestes inefficaces). Il est clair maintenant que chaque pays a besoin de sa propre base manufacturière afin de pouvoir, lorsque le moment sera venu, la réorienter pour fabriquer ce qui doit être fabriqué.

Via Interconnected

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.