Carte des réactions émotionnelles : Les médias sociaux s’intéressent au coronavirus

Une société d’intelligence artificielle basée en Italie analyse régulièrement les messages des médias sociaux sur le coronavirus pour leur contenu émotionnel.

Pourquoi c’est important : Le fait de classer des dizaines de milliers de messages en fonction de leur ton émotionnel donne un aperçu de ce que les gens ressentent face à la pandémie. Alerte au spoiler : pas génial !

Comment ça marche : Expert System est spécialisé dans la sémantique et la lecture du langage naturel, une branche de l’IA impliquant des systèmes informatiques qui tentent de donner un sens au langage écrit.

Ce faisant, un ordinateur peut rapidement analyser une grande quantité de mots écrits, comme par exemple une journée de messages sur les médias sociaux concernant la pandémie COVID-19.

Ces dernières semaines, le système expert a collecté chaque jour des messages en anglais sur les médias sociaux qui comportent des hashtags fréquemment utilisés comme #coronalockdown et #covid19. Son IA peut extraire le contenu émotionnel de ces posts, qui est ensuite analysé et interprété par Sociometrica.

Le 24 avril, la « peur » était devenue l’émotion la plus répandue, remplaçant la « tristesse ».

Mais : Ces sentiments négatifs ont diminué au cours des dix derniers jours, passant de 62,4 % à 45,5 %. Dans le même temps, les sentiments neutres et positifs sont en hausse, avec une croissance particulière autour des postes qui montrent de l' »espoir ».

Le « fanatisme de la santé », que le système expert définit comme « un sentiment de peur et d’anxiété autour de certains aspects de la santé et un accent mis sur la défense de la santé de son propre corps », est également en augmentation.

Le résultat final : Une IA en langage naturel peut vous dire ce que vous savez probablement déjà : la pandémie est terrible, mais si vous louchez assez fort, il y a de la lumière au bout du tunnel.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.