Examen rapide des faits COVID-19 : Une sortie par l’App Store ?

En sortir par l’App Store ? Un examen rapide des considérations techniques et des implications sociétales de l’utilisation de la technologie pour la transition de la crise COVID-19 a été entrepris par l’Ada Lovelace Institute en vue de soutenir le gouvernement et le NHS dans l’adoption de solutions techniques pour aider à la transition de la crise COVID-19.

L’examen porte sur trois technologies en particulier : la recherche numérique de contacts, les applications de suivi des symptômes et la certification d’immunité. Elle formule des recommandations pragmatiques pour soutenir l’élaboration de politiques bien informées en réponse à la crise. Elle s’appuie sur les contributions de plus de vingt experts issus d’un large éventail de domaines, notamment la technologie, la politique, les droits de l’homme et la protection des données, la santé publique et la médecine clinique, les sciences du comportement et les systèmes d’information, la philosophie, la sociologie et l’anthropologie.

L’objectif de cet examen est d’ouvrir, plutôt que de fermer, un dialogue public et informé sur les considérations techniques et les implications sociétales de l’utilisation de la technologie pour la transition de la crise.

Principales conclusions

Il n’y a pas de preuves pour soutenir le déploiement national immédiat d’applications de suivi des symptômes, d’applications numériques de recherche des contacts et de certificats d’immunité numériques. Si le gouvernement a raison d’envisager des mesures non cliniques pour la transition, pour que la politique nationale puisse s’appuyer sur ces applications, il faudrait qu’il puisse le faire :

  • Représenter des informations précises sur l’infection ou l’immunité

  • Démontrer des capacités techniques pour soutenir les fonctions requises

  • Aborder diverses questions pratiques d’utilisation, y compris le respect des tests juridiques

  • Atténuer les risques sociaux et se protéger contre l’aggravation des inégalités et des vulnérabilités

À l’heure actuelle, les données ne démontrent pas que les outils sont capables de traiter ces quatre éléments de manière adéquate. L’examen présente des preuves détaillées et des recommandations pour chaque demande dans le résumé du rapport.

L’institut recommande en particulier ce qui suit :

  • Le déploiement efficace de la technologie pour soutenir la transition de la crise dépendra de la confiance du public, qui peut être renforcée par l’établissement de deux mécanismes de responsabilité :

    – le Groupe d’experts sur la technologie dans les situations d’urgence (GATE), chargé d’examiner les preuves, de donner des conseils sur la conception et de superviser la mise en œuvre, semblable au groupe d’experts récemment créé par le conseiller scientifique en chef du Canada

    – un mécanisme de contrôle indépendant permettant d’examiner en temps réel la formulation des politiques.

  • Une législation primaire claire et complète devrait être avancée pour réglementer le traitement des données dans les applications de suivi des symptômes et de recherche numérique des contacts. La législation devrait imposer des limites strictes en matière d’objectif, d’accès et de durée.

En attendant qu’un moyen solide et crédible de tester l’immunité soit mis au point, il convient de se concentrer sur l’élaboration d’une stratégie globale en matière d’immunité qui tienne compte des profondes implications sociétales de tout régime de certification d’immunité, plutôt que sur l’élaboration de certificats d’immunité numériques. Un contrôle parlementaire et une législation complets et solides seront cruciaux pour tout futur régime de test et de certification d’immunité.

Les choix de conception technique devraient tenir compte des caractéristiques de respect de la vie privée et d’accessibilité et devraient être étayés par des mesures non techniques pour tenir compte de l’exclusion numérique.

L’institut reconnait que la technologie et les données peuvent être essentielles pour permettre au Royaume-Uni de sortir de la crise, et reconnait que la levée des mesures de confinement et le retour au travail des personnes ne sont pas seulement des facteurs économiques, mais aussi des facteurs sociaux et de santé publique. Mais l’examen rapide constate que le déploiement prématuré d’applications inefficaces pourrait saper la confiance du public à long terme, ce qui entraverait l’adoption généralisée des technologies de suivi qui pourraient être essentielles à leur succès éventuel.

Cet examen rapide des preuves est le début de leurs travaux visant à garantir que les nouvelles technologies qui apparaissent pour réduire l’impact de la pandémie mondiale COVID-19 fonctionnent pour les personnes et la société.

Consultez l’examen ici.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.