Le monde est confiné. D’où proviennent donc toutes les émissions de carbone ?

Les piétons ont envahi les rues des villes, les gens ont presque entièrement cessé de voler, le ciel est bleu (même à Los Angeles !) pour la première fois depuis des décennies, et les émissions mondiales de CO2 sont en passe de diminuer … d’environ 5,5 %.

Attendez, quoi ? Même si l’économie mondiale est presque au point mort, la meilleure analyse suggère que le monde est toujours en voie de libérer 95 % du dioxyde de carbone émis au cours d’une année typique, continuant ainsi à réchauffer la planète et à provoquer un changement climatique même si nous sommes coincés chez nous.

Une baisse de 5,5 % des émissions de dioxyde de carbone resterait le plus grand changement annuel jamais enregistré, battant la crise financière de 2008 et la Seconde Guerre mondiale. Mais il faut se poser des questions : D’où proviennent toutes ces émissions ? Et si l’arrêt de la plupart des déplacements et des transports ne suffit pas à ralentir le changement climatique, que se passera-t-il ?

« Je pense que le problème principal est que les gens se concentrent beaucoup, beaucoup trop sur les empreintes personnelles des gens, et qu’ils prennent l’avion ou non, sans vraiment s’occuper des choses structurelles qui font vraiment augmenter les niveaux de dioxyde de carbone », a déclaré Gavin Schmidt, climatologue et directeur de l’Institut Goddard de la NASA pour les études spatiales à New York.

Le transport représente un peu plus de 20 % des émissions mondiales de dioxyde de carbone, selon l’Agence internationale de l’énergie. C’est une part importante, mais cela signifie également que même si tous les déplacements étaient totalement exempts de carbone (imaginez un système de train électrifié à énergie renouvelable, combiné à des véhicules électriques personnels et des avions à batterie), 80 % des émissions de combustibles fossiles continueraient de s’envoler dans le ciel.

D’où viennent donc toutes ces émissions ? D’une part, les services publics continuent de produire à peu près la même quantité d’électricité, même si une plus grande partie est destinée aux habitations plutôt qu’aux lieux de travail. L’électricité et le chauffage combinés représentent plus de 40 % des émissions mondiales. De nombreuses personnes dans le monde entier dépendent du bois, du charbon et du gaz naturel pour chauffer leur maison et cuisiner leurs aliments, et dans la plupart des endroits, l’électricité n’est pas si verte non plus.

Même si une plus grande partie de la population mondiale travaille à domicile, les gens ont toujours besoin du réseau électrique pour s’éclairer et se connecter à l’internet. « Les bureaux sont remplacés par les foyers, mais l’électricité n’a pas été coupée et elle est toujours produite en grande partie à partir de combustibles fossiles », a déclaré M. Schmidt. Aux États-Unis, 60 % de la production d’électricité provient encore du charbon, du pétrole et du gaz naturel. (Il est toutefois évident que le verrouillage se déplace lorsque les gens utilisent l’électricité, ce qui a certaines conséquences sur les énergies renouvelables).

L’industrie manufacturière, la construction et d’autres types d’industries sont responsables d’environ 20 % des émissions de CO2. Certains processus industriels comme la production d’acier et la fonte d’aluminium utilisent d’énormes quantités de combustibles fossiles – et jusqu’à présent, selon Schmidt, ce type de production s’est surtout poursuivi malgré la pandémie.

La réalité est que les émissions doivent être réduites de 7,6 % chaque année pour empêcher le réchauffement climatique de dépasser 1,5 degré Celsius au-dessus des niveaux préindustriels – le seuil associé aux menaces climatiques les plus dangereuses – selon une analyse du Programme des Nations unies pour l’environnement. Même si le verrouillage mondial et le marasme économique réduisent les émissions de 7,6 % cette année, les émissions devraient diminuer encore plus l’année suivante. Et l’année suivante. Et ainsi de suite.

En plein milieu de la pandémie, il est devenu courant de pointer du doigt le ciel dégagé de Los Angeles et les eaux plus propres de Venise comme preuves que les gens peuvent faire une différence en matière de changement climatique. « Les nouvelles photos emblématiques d’un ciel clair comme du cristal à Los Angeles, sans son habituel linceul de smog, sont des preuves indésirables mais convaincantes de ce qui peut se produire lorsque des personnes cessent de conduire des véhicules qui polluent l’air », a écrit Michael Grunwald dans le magazine POLITICO.

Mais ces arguments confondent la pollution de l’air et de l’eau – des questions environnementales cruciales en soi ! – avec les émissions de CO2. Le dioxyde de carbone est invisible, et les centrales électriques et les raffineries de pétrole continuent de le rejeter dans l’atmosphère. Pendant ce temps, les compagnies de gaz naturel et les élevages (pensez aux rots de vache) continuent de libérer du méthane.

« Je pense que les gens devraient faire du vélo plutôt que de conduire, et qu’ils devraient prendre le train plutôt que l’avion », a déclaré M. Schmidt. « Mais ce sont de petites choses, comparées aux grandes choses structurelles qui n’ont pas changé ».

Il faut se rappeler qu’une baisse des émissions de carbone n’entraînera pas de changement dans la tendance au réchauffement de la Terre. Certains scientifiques comparent le dioxyde de carbone présent dans l’atmosphère à l’eau qui coule dans une baignoire qui fuit. Le robinet est fermé, mais pas fermé. Tant que nous n’aurons pas réduit les émissions à zéro – de sorte que les émissions qui entrent dans l’atmosphère soient équivalentes à celles qui en sortent – la Terre continuera de se réchauffer.

Cela explique en partie pourquoi 2020 est déjà en passe de devenir la plus chaude jamais enregistrée, battant 2016. Ironiquement, la diminution de la pollution atmosphérique pourrait bien la rendre encore plus chaude. Veerabhadran Ramanathan, professeur à la Scripps Institution of Oceanography de l’Université de Californie, à San Diego, a expliqué que de nombreuses particules polluantes ont un effet « masquant » sur le réchauffement climatique, en réfléchissant les rayons du soleil, annulant une partie du réchauffement dû aux émissions de gaz à effet de serre. Une fois ce bouclier de pollution disparu, Ramanathan a déclaré : « Nous pourrions voir une augmentation du réchauffement ».

Appréciez le ciel plus bleu et l’air plus frais, tant que vous le pouvez. Mais la baisse des émissions due à la pandémie devrait être un avertissement, et non une raison de se réjouir : un signe de la distance qu’il reste à parcourir.

Via Grist

1 commentaire sur “Le monde est confiné. D’où proviennent donc toutes les émissions de carbone ?”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.