Les chiens peuvent-ils sentir la Covid-19 ?

Au Royaume-Uni, les chercheurs pensent pouvoir entraîner les chiens à renifler l’odeur caractéristique des coronavirus, ce qui pourrait contribuer aux efforts de dépistage des infections de masse, rapporte Citylab.

Des chercheurs britanniques travaillent sur une arme inhabituelle dans la lutte contre la Covid-19 : les chiens. Les scientifiques de la London School of Hygiene and Tropical Medicine (LHTSM) pensent qu’ils peuvent entraîner des chiens dotés d’un odorat particulièrement développé pour diagnostiquer les personnes atteintes, même si elles ne présentent aucun symptôme. Le projet, qui est actuellement financé par crowdfunding, espère pouvoir former et déployer des chiens pour dépister les personnes atteintes de Covid-19 en deux mois seulement. Mais l’équipe doit d’abord vérifier un point essentiel : que l’idée fonctionne réellement.

Il y a de bonnes chances que cela fonctionne. Les chiens sont déjà largement utilisés pour détecter la présence de cancers, de superbactéries et de maladies neurologiques telles que la maladie de Parkinson. En collaboration avec l’association caritative Medical Detection Dogs, le LSHTM a déjà mené à bien un programme de formation qui a démontré que les chiens pouvaient détecter la malaria, créant ainsi un test qui dépassait les normes requises par l’Organisation mondiale de la santé.

« C’est un stade très précoce », déclare James Logan, chef du département de contrôle des maladies du LSHTM. « Nous savons que les maladies ont des odeurs – y compris les maladies respiratoires telles que la grippe – et que ces odeurs sont en fait très distinctes. Il y a une très, très bonne chance que le Covid-19 ait une odeur spécifique, et si c’est le cas, je suis vraiment sûr que les chiens seraient capables d’apprendre cette odeur et de la détecter ».

La source réelle des odeurs détectables créées par les maladies et les virus n’a pas été déterminée, mais l’équipe de Logan pense qu’elles peuvent être liées au stress oxydatif provoqué par les infections.

« Le stress oxydatif peut libérer des composés dans le sang, qui peuvent être libérés par l’haleine et la peau », explique M. Logan. « Nous pensons que cela peut être lié à la réaction de stress à une infection qui provoque la production de ces différentes substances chimiques volatiles, qui sont libérées dans le sang et deviennent détectables par les chiens. Mais nous ne savons pas quel est le mécanisme ».

Tous les chiens ne sont pas aptes à être dressés pour ce genre de diagnostic. Le LSHTM travaille avec quelques chiens seulement – parmi lesquels un cocker et un labrador – qui possèdent à la fois un sens de l’odorat exceptionnellement aigu et la capacité d’être dressés. Certains ont déjà une expérience du dépistage de la malaria. Il faut parfois un mois à six semaines pour entraîner les animaux à reconnaître l’odeur des échantillons provenant de personnes atteintes de Covid-19, et à les différencier des personnes non infectées ou de celles qui ont un rhume. Une fois entraînés, même un petit nombre de chiens pourrait faire une grande différence.

« Nous avons quatre ou cinq chiens prêts à être entraînés dès maintenant », explique M. Logan. « Si nous pouvions les déployer dans un mois ou deux, nous pourrions dépister peut-être 4 000 à 5 000 personnes par jour. À court terme, il y a certains endroits où les chiens pourraient nous convenir, comme le dépistage du personnel médical ou de soins, ou des personnes qui vont dans les écoles et d’autres zones communautaires ».

En l’absence de tests de masse et de dépistage des cas, des chiens renifleurs de virus pourraient également être déployés dans les aéroports, les gares et les centres de transit, afin de dépister les porteurs de Covid-19 involontaires avant qu’ils ne propagent accidentellement l’infection dans des espaces urbains encombrés. Tout cela, bien sûr, dépend de la réussite du projet à isoler l’odeur. Mais un avenir dans lequel le coronavirus est beaucoup plus facile à détecter, à gérer et à isoler – grâce à l’un des plus anciens et des plus fidèles amis de l’humanité – offre une vision plus optimiste de la résolution de la pandémie.

Via Citylab

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.