Le choix, c’est comme la malbouffe | Gary Basin

Voici un article de Gary Basin qui montre que l’abondance du choix semble souvent être une meilleure idée qu’elle ne l’est en réalité. La variété du choix est à la fois facteur d’abondance et facteur de rareté émergente.

Iyengar et Lepper (2000) ont fait une expérience dans une épicerie. Deux cabines de dégustation ont été installées, l’une avec des variétés de confitures étendues, l’autre avec un ensemble limité. Un plus grand nombre de personnes se sont arrêtées au stand de choix étendu. Mais un pourcentage nettement plus faible de personnes y a fait un achat. Le choix limité a été converti de manière plus fiable en l’action souhaitée – faire un achat.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.