Penser en cartes : des grottes de Lascaux aux graphiques de la connaissance moderne

Un article d’Anne-Laure Le Cunff (de 18 minutes de lecture) sur Nesslabs, qui interroge les points communs de ce qu’elle appelle les cartes de pensée : les hiéroglyphes, les organigrammes, les panneaux routiers et les graphiques de connaissance. Les humains pensent en cartes depuis les tout premiers systèmes de communication symbolique. Le Cunff se penche sur les façons contemporaines de représenter visuellement des idées complexes, sur les nouvelles façons de penser dans les cartes, et termine par les ontologies et leur utilisation « pour limiter la complexité et transformer l’information brute en connaissance ».

Si la pensée cartographique peut d’abord faire penser à l’idée de cartographie, une carte n’a pas besoin d’être géographique : elle peut être une représentation symbolique de la relation entre des éléments d’un espace physique ou mental, tels que des thèmes, des objets ou des zones.

Dans l’édition de décembre 2007 de Philosophy of Mind, le professeur Elisabeth Camp, dont les recherches se sont concentrées sur des formes de pensées qui ne correspondent pas aux modèles standard, a écrit : « Penser en cartes est substantiellement différent de penser en phrases« .

Lorsque l’on pense en termes de cartes, les mots-cartes (pictogrammes, idéogrammes, logogrammes et autres symboles visuels) sont souvent amalgamés avec les cartes du monde (cartes de l’espace physique ou mental) pour créer des représentations visuelles de nos connaissances, croyances ou questions. […]

« Ce sont les principes pour le développement d’un esprit complet : étudier la science de l’art, étudier l’art de la science. Réalisez que tout est lié à tout le reste ». […]

Les cartes de concepts utilisent un cadre contextuel plutôt qu’un point de départ spécifique. La relation entre les concepts peut être articulée dans des phrases de liaison telles que « contribue à », « inclut » ou « montre », et des liens bidirectionnels peuvent être utilisés pour saisir les relations complexes entre les concepts avec des interactions réciproques. […]

En effet, les graphiques de connaissances, utilisés comme moyen de représenter formellement la signification des informations en décrivant les concepts, les catégories et les relations entre les concepts, semblent être l’une des méthodes modernes de visualisation de l’ontologie les plus établies et les plus efficaces.

Symboles visuels communs :

  • Pictogramme. Un symbole qui transmet sa signification par sa ressemblance picturale avec un objet physique.

  • Idéogramme. Un symbole graphique qui représente une idée ou un concept, indépendamment de mots ou de phrases spécifiques.

  • Logogramme. Un caractère écrit qui représente un mot ou une phrase

De nos jours, la cartographie mentale est probablement le moyen visuel le plus connu pour donner un sens au monde. Cependant, il existe bien d’autres façons de penser dans les cartes.

Via Nesslabs

 

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.