Le capitalisme racial, la Stack et le Green New Deal

Fantastique essai de Damian White, copieusement lié à de nombreuses références extérieures, c’est un de ces « je vais devoir revenir à ça ». White s’intéresse à ce que la conception pouvait faire (être plus systémique), à la manière dont la pandémie a affecté les gens de manière inégale selon leur race et leur âge, aux écologies et à l’agriculture, et à la gestion de l’espace par l’architecture. Il analyse également trois imaginaires : « Conception et planification pour un New Deal vert », « La pile (la Stack), la terraformation et la conception numérique » et « Décolonisation et justice en matière de conception« . Très intéressant et si vous ne lisez qu’une seule chose cette semaine ce devrait être la bonne : la principale conclusion est que White met les trois en contraste et montre que l’imaginaire de la justice décoloniale et du design « nous force à reconnaître que le Green New Deal et la Stack sont des projets qui émanent du Nord global ». Ce qui signifie que le troisième, la décolonisation, est à peu près essentiel aux deux autres.

Ces trois imaginaires se rejoignent et s’entremêlent avec de nombreux articles partagés au cours des deux derniers mois. Cet article n’est bien sûr pas écrit dans ce but, mais il finit par être une bonne synthèse des articles précédents.

Wallace soutient que ces formes d’élevage et de changement d’utilisation des terres, qui s’ajoutent à l’accaparement des terres, aux expulsions, à la dépossession continue des paysans et des populations indigènes et à la réduction de la production des petits exploitants ruraux, rapprochent l’agriculture animale et la faune sauvage de manière nouvelle et dangereuse. […]

Nous avons constaté un regain d’intérêt pour l’entraide, le soutien de voisinage, les vertus des jardins de la victoire, le style de la Première Guerre mondiale, etc. Si cela contribue à élargir le sentiment de possibilité communautaire, cela pourrait être bénéfique. Mais si cela ne fait que renforcer le défaut des dernières décennies en interventions plus localistes, plus belles et plus anarchiques, une occasion sera perdue. […]

Pour que les projets de transition énergétique post-carbone obtiennent un soutien public, ils doivent être liés à des espoirs et des aspirations plus larges en matière d’amélioration de l’emploi, de soins de santé abordables, de durabilité du monde urbain et de viabilité et de régénération du monde rural. […]

Le Green New Deal et la nécessité de mettre en place des systèmes efficaces de gouvernance, de coordination et de transparence autour de l’essor de l’informatique à l’échelle planétaire vont clairement nécessiter une revalidation de la planification, d’une expertise publique compétente et fiable, et la nécessité d’agences publiques qui fonctionnent réellement dans l’intérêt public et qui sont dotées de fonctionnaires capables de faire leur travail. […]

Les itérations plus réfléchies d’une politique de conception pour le Green New Deal sont importantes pour leur tentative de recréer l’État comme terrain de lutte populaire et leur désir d’affirmer le pouvoir public par un renouvellement et une reconstruction des agences publiques qui peuvent être en véritable dialogue avec la pression populaire d’en bas.

Lire l’article entier ici

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.