Comment savoir ce que je veux dans la vie quand chaque jour se ressemble ? → Lisez

À une époque où les jours se confondent sans différence perceptible, voici quelques conseils de vie judicieux :

« Que ce soient des temps tristes et qu’on se sente mal de les vivre n’est guère éclairant, mais ces derniers temps, je me suis demandé si ce n’était pas tant la tristesse que la similitude. Voir des gens méchants prospérer encore et encore, avoir les mêmes conversations sur les hommes puissants et les conséquences auxquelles ils ne seront jamais confrontés, être témoin de souffrances qui ont été facilement anticipées et évitées, demander encore et encore ce qui peut être fait pour y remédier et se faire dire encore et encore, essentiellement, « rien » » ».

(…)

Ce qui revient à dire que vous pensiez vraiment que vous pourriez vous en sortir en trouvant un emploi qui vous plaise ? Cela semble désinvolte et je suis désolé, mais nous sommes si nombreux à avoir cru au mensonge selon lequel ce que nous faisons pour de l’argent donne un sens à la vie qu’il est important de souligner à quel point c’est hilarant à première vue. Y a-t-il des gens qui ont des carrières épanouissantes qui les aident à résister aux aléas d’un monde cruel ? Oui, bien sûr. Beaucoup d’entre eux viennent de familles qui ont assez d’argent pour supporter les caprices d’un monde cruel ? Oui, également.

La grande majorité des gens ont des emplois qui sont, au mieux, ennuyeux. Je vous recommande de cultiver un sain ressentiment à l’égard de votre travail. Faites juste assez d’efforts pour garder votre emploi et pas plus. Le fantasme selon lequel une carrière passionnante suffit à maintenir une vie est l’un des plus nuisibles de l’ère moderne – vous n’y trouverez jamais de sens.

Je pense que nous ne trouvons pas vraiment de sens du tout. Nous le construisons, le plus souvent avec d’autres. Le seul véritable antidote que j’ai trouvé au sentiment de « similitude » toujours présent est de s’occuper des choses qui grandissent et changent : les êtres vivants. S’occuper de quelque chose de vivant, c’est commencer par quelque chose de petit et de simple comme une plante, si vous voulez. Un chat ; un ami ; un voisin. Soyez gaspilleur et improductif dans vos activités.

Profitez de cette terrible occasion que nous avons tous en ce moment pour noter ce qui vous manque le plus, et c’est probablement là que vous trouverez quelques choses que vous aimez. J’ai été licencié et, franchement, mon travail ne me manque pas beaucoup, mais j’abandonnerais mon dernier salaire pour passer quelques heures dans un bar tout simple avec mes amis.

Via Jezebel

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.