Unilever met fin aux publicités sur Facebook et Twitter en 2020, le plus grand spécialiste du marketing à ce jour

Une preuve que le changement peut aussi passer par les prises de décisions des plus grands et des plus puissants…

Le géant des biens de consommation devient le plus grand membre d’une coalition croissante, rejoignant Verizon, the North Face, Ben & Jerry’s, et bien d’autres, rapporte FastCompany.

Unilever a annoncé qu’il mettait fin à toutes les publicités américaines sur Facebook et Twitter pour le reste de l’année 202o, y compris Instagram, qui appartient à Facebook-en raison de la quantité de discours haineux et de contenu qui divise les plateformes.

Dans une interview accordée au Wall Street Journal, Luis Di Como, vice-président exécutif des médias mondiaux de la société, a déclaré : « Compte tenu de la polarisation actuelle et de l’élection que nous avons aux États-Unis, il faut faire appliquer beaucoup plus strictement la loi dans le domaine des discours de haine ».

Cette décision intervient après qu’une autre grande marque, Verizon, a annoncé qu’elle se joignait à la campagne #StopProfitForHate des annonceurs qui boycottent Facebook pour le mois de juillet. Le boycott a été lancé par des groupes de défense des droits civils tels que la NAACP et l’Anti-Defamation League, ainsi que par Color of Change, Free Press, Common Sense et Sleeping Giants. Il a ensuite été rapidement repris par des marques de plein air telles que The North Face, Patagonia et REI.

Mardi, Ben & Jerry’s, propriété d’Unilever, a annoncé qu’il se joignait au boycott.

Il s’agissait là de gestes symboliques puissants, mais comme l’ont dit les critiques et les partisans, aucun boycott de Facebook-une société qui génère 70 milliards de dollars de recettes publicitaires-n’aurait d’effet significatif si les gros dépensiers n’étaient pas impliqués. Aujourd’hui, l’un des plus gros a fait son entrée sur le ring. Avec des marques telles que Dove, Axe, Lipton et bien d’autres dans son portefeuille, Unilever dépense environ 8 milliards de dollars par an en publicité, ce qui la place dans le Top 5 mondial.

Dans un communiqué, la société a déclaré : « Continuer à faire de la publicité sur ces plateformes en ce moment n’apporterait aucune valeur ajoutée aux gens et à la société ».

Unilever devient ainsi de loin le membre le plus en vue du boycott, dont l’action a le plus marqué Facebook. Il est tout aussi important de prolonger son retrait au-delà du mois de juillet jusqu’à la fin de l’année. Facebook est célèbre pour avoir présenté des excuses, promis d’examiner ses points faibles, puis n’a rien fait, maintenant le statu quo. Comme l’a déclaré cette semaine à Kara Swisher l’ancienne PDG de Patagonia, Rose Marcario, à propos du boycott, « la seule chose qui marche, c’est de les frapper dans le portefeuille ».

C’est exactement ce que cela va faire, du moins dans une certaine mesure. L’élan semble se renforcer.

À vous de jouer, P&G.

Via FastCompany

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.