Financer la police, mais ne pas la remplacer par un technicien de surveillance

Tim Maughan se trouve à peu près parfaitement à l’intersection de la technologie, de l’aversion pour l’autorité, de la conscience des inégalités et de l’infrastructure pour écrire cet article. Ici, il gratte sous la surface de Camden New Jersey, dont on a souvent cité le désengagement et la réorganisation de ses forces de police, pour montrer qu’ils ont aussi fini par ajouter pas mal de technologie de surveillance et par confier une partie de la surveillance à des « civils« . Il s’étend également aux déclarations d’IBM, de Microsoft et d’Amazon concernant le fait de ne pas vendre la reconnaissance faciale à la police ; vont-ils vendre à des tiers entrepreneurs civils ?

Ils ne mentionnent pas les systèmes de surveillance : 121 caméras qui surveillent toute la ville ; 35 microphones ShotSpotter pour détecter les coups de feu ; des scanners automatiques qui lisent les plaques d’immatriculation ; et SkyPatrol, un poste d’observation mobile qui peut scanner six pâtés de maisons avec des équipements d’imagerie thermique. (on The Appeal) […]

Pensez aux [technologies de police prédictive] comme à des flics débutants, attendant qu’on leur apprenne à repérer les crimes et à décider où patrouiller. En leur fournissant des données policières historiques, vous venez de confier la tâche de les enseigner aux mêmes vieux flics racistes que vous êtes censé remplacer. Former ce genre de systèmes d’I.A. en se basant sur les déplacements et les arrestations des policiers en place, c’est, littéralement, les former à suivre leurs mêmes mauvaises habitudes et tactiques discriminatoires. […]

Comment définir la police en 2020 ? S’agit-il simplement de policiers en uniforme dans nos rues ? Ou incluons-nous les infrastructures et les fournisseurs environnants – les analystes civils, les algorithmes prédictifs, les caméras en réseau que nous collons sur nos portes d’entrée ?

Via Onezero

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.