L’ADN est-il un matériel ou un logiciel ?

Si vous aimez lire sur les sujets qui font fureur, les sujets qui font exploser l’esprit, c’est sur celui-ci qu’il faut cliquer.

Christina Agapakis interroge Michael Levin pour mieux comprendre les Xenobots que son laboratoire a créés. Beaucoup de choses intéressantes s’y trouvent, mais peut-être que la seule chose à retenir pour les lectures futures est la différence de point de vue de ce groupe sur les logiciels biologiques par rapport au matériel. La plupart des biologistes considèrent l’ADN comme un logiciel et les êtres vivants comme du matériel, et concentrent tous leurs espoirs de manipuler la vie dans la mise au point de l’ADN (voir CRISPR par exemple).

L’équipe de Levin a réussi à programmer des cellules sans toucher à l’ADN, « simplement » en donnant aux « cellules et aux tissus de nouveaux stimuli ou expériences ». Pour garder la même analogie très imparfaite, on pourrait dire que dans cette perspective, l’ADN n’est pas un logiciel mais un code machine (le seul format qui peut être exécuté directement par le processeur d’un ordinateur), ce qu’ils font avec les Xenobots est un logiciel, et les cellules et les êtres sont le matériel. Assurez-vous de vous en tenir à la fin pour le 🤯 sur l’épigénétique, et comment il aborderait l’intelligence artificielle générale.

Ces équipes de cellules ont été entièrement libérées des contraintes de l’ADN des grenouilles. Leur comportement était déterminé par leur forme, leur conception. […]

L’ADN a été façonné par l’évolution pour produire un matériel éminemment reprogrammable. Je pense que nous devons respecter le fait que l’évolution nous a donné cet étonnant système multi-échelle axé sur les objectifs, où les objectifs sont réécrivables. […]

C’est parce que la structure du cortex est calquée sur la précédente. Donc, quand il fabrique une cellule fille, il ne fait que copier ce qu’il a. L’information non génétique est essentielle. C’est la démonstration originale de la véritable épigénétique. Cette information n’est tout simplement pas dans le génome. […]

J’ai suggéré qu’une véritable intelligence générale est beaucoup plus susceptible de naître non pas en imitant la structure du noyau du cortex humain, ou quoi que ce soit de ce genre, mais en prenant réellement au sérieux les principes de calcul que la vie applique depuis le tout début.

Via Growbyginko

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.