Facebook est hors de contrôle. Si c’était un pays, ce serait la Corée du Nord

Où en serions-nous dans notre compréhension de Facebook sans le travail de Carole Cadwalladr ? Ici, elle écrit un article assez cinglant sur toutes les choses que le Facebook apparemment intouchable dirigé par Zuckerberg a permis, le mépris total de ses ravages, et qui/comment cet « état voyou » pourrait être arrêté.

Si le boycott de Facebook par certaines des plus grandes marques du monde – Unilever, Coca-Cola, Starbucks – réussit, ce sera parce qu’il a ciblé la seule chose que Facebook comprend : ses résultats. Et s’il échoue, ce sera une autre sorte de jalon. […]

Facebook n’est pas un miroir. C’est une arme. Sans licence – elle n’est pas soumise à des lois ou à un contrôle – elle est entre les mains et dans les foyers de 2,6 milliards de personnes, infiltrée par des agents secrets agissant pour le compte d’États-nations, un laboratoire pour les groupes qui vantent les effets nettoyants de l’Holocauste et croient que le 5G fera frire nos ondes cérébrales dans notre sommeil. […]

Facebook n’est pas un miroir. C’est une arme. Sans licence, hors de contrôle, dans les mains de 2,6 milliards de personnes à travers la planète. […]

Au lieu de cela, il a continué à faire une propagande implacable, incroyable et de plus en plus grotesque, alors même qu’il contrôle les principaux canaux de distribution de l’information. Et tout comme les citoyens de Corée du Nord sont incapables d’opérer en dehors de l’État, il semble presque impossible d’être en vie aujourd’hui et de vivre une vie sans être touché par Facebook, WhatsApp et Instagram. […]

Est-ce une coïncidence si les trois pays qui ont le plus souffert du coronavirus sont ceux dont les dirigeants populistes ont exploité la capacité de Facebook à répandre des mensonges à grande échelle ? Trump, Bolsonaro, Johnson. Peut-être. Peut-être pas.

Ce n’est pas tant une entreprise qu’une autocratie, une dictature, un empire mondial contrôlé par un seul homme. Qui – alors même que les preuves du mal sont devenues indéniables, indiscutables, accablantes – a simplement choisi d’ignorer ses critiques à travers le monde. […]

Lire l’article entier sur The Guardian

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.