Jia Tolentino sur la pratique de la discipline de l’espoir

Dans cette interview, elle partage des opinions très intelligentes, pertinentes et clairement présentées sur ce que la pandémie a révélé, sur la direction que prend le monde, sur le fait d’avoir des enfants, sur le racisme et l’inégalité, et sur la liberté. Comme d’habitude, il y a quelques citations ci-dessous :

Que l’individualisme capitaliste s’est transformé en un culte de la mort ; qu’Internet est un faible substitut à la présence physique ; que ce pays sous-estime criminellement ses personnes les plus importantes et ses formes de travail les plus importantes ; que nous sommes incités par des mécanismes en ligne à valoriser la représentation de quelque chose (comme la justice) plutôt que la chose elle-même ; que la plupart d’entre nous ont un potentiel plus inconnu, une capacité plus négative, que ce à quoi nous sommes habitués à accéder ; que les conditions matérielles de la vie en Amérique sont construites et maintenues par ceux qui sont les mieux placés pour les exploiter ; et que la façon dont nous vivons n’est pas du tout inévitable. […]

Permafrost fondu, récifs de corail morts, plus d’oiseaux, baleines engorgées de plastique, une grande partie de la population mondiale vivant comme réfugiés d’une chose ou d’une autre, temps perturbé en permanence, catastrophe naturelle semi-constante, cause et effet perturbés pour tous sauf les plus riches – la pénurie augmentant la justification de l’égoïsme plutôt que de la coopération, et aussi Twitter existe toujours. […]

Je ne pense pas que l’avenir sera bon. Je ne pense pas qu’il y ait une justification éthique à avoir des enfants dans un monde qui s’accélère dans ces directions. Mais je suis attachée à l’idée que le monde peut être meilleur, et j’ai une certaine foi dans le fait qu’être humain, être capable d’aimer, est encore une chose intouchable et imprévisible, génératrice, en soi, dans des contextes inconnus. […]

Mais au niveau individuel, j’ai réfléchi à ce que signifie normaliser l’abandon quotidien de l’avantage – mettre en pratique une idéologie d’égalité à un moment où il est évident qu’un vote une fois par an ou autre ne suffira pas. […]

Je me méfie également de la façon dont le projet « Not Being Racist » est abordé par les gens comme un camp d’entraînement. Approfondir votre compréhension de la race, de ce pays, devrait vous donner l’impression que le monde s’ouvre, comme si vous vous dissolviez dans l’immensité de l’histoire et du présent plutôt que d’être plus inconfortablement visible pour vous-même.

Lire l’interview complète ici.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.