Comment nous avons hypothétiquement apprivoisé le COVID-19 et les zoonoses

Très courte fiction proche de l’avenir avec quelques idées sur la façon dont la COVID et les futures zoonoses pourraient changer nos systèmes de santé publique, de commerce international et de consommation de viande. Y a-t-il un mot pour plausible (comme dans, faisable et approprié) mais improbable (parce que politique) ?

La gestion de la menace des zoonoses est devenue une fonction gouvernementale aussi fondamentale que la prévention des incendies de forêt ou la lutte contre les inondations et, en plus d’éviter la prochaine pandémie mondiale, ces programmes ont permis de traiter la lente disparition de zoonoses relativement peu connues. […]

Les scientifiques n’ont pas hésité à fermer les marchés d’animaux sauvages, mais lorsqu’il s’agissait d’élevage industriel, ils se sont contentés de réduire les risques : en développant de nouveaux vaccins, en essayant d’empêcher la poussière et l’air de s’échapper des bâtiments, en surveillant les travailleurs pour détecter les maladies, et peut-être en leur promettant une assurance maladie. […]

Les citoyens ordinaires regardaient les rayons viande des supermarchés et les repas de valeur des fast-foods comme des billets de loterie pour la pandémie. La consommation de ces aliments était stigmatisée par la société, comme l’avaient fait les Occidentaux dix ans plus tôt en mangeant des chauves-souris.

Via Anthropocene Magazine.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.