🤔 🇺🇸 IBM va se scinder en deux sociétés d’ici la fin 2021

« En transférant certaines de ses activités à faible marge vers une nouvelle société et en se concentrant sur des services de cloud [et d’IA] à plus forte marge ».

NewCo, dont le nom n’est pas encore connu, s’occupera des « services d’infrastructure gérés » d’IBM.

IBM a annoncé ce matin que l’entreprise allait se séparer de certaines de ses activités à faible marge pour en faire une nouvelle société et se concentrer sur les services de cloud computing à plus forte marge. Lors d’un appel aux investisseurs, le PDG Arvind Krishna a reconnu que cette décision constituait un « changement significatif » dans la façon dont IBM fonctionnera, mais il l’a positionnée comme la dernière d’une série de désinvestissements stratégiques qui s’est déroulée sur plusieurs décennies.

« Nous nous sommes débarrassés des réseaux dans les années 90, des PC dans les années 2000 et des semi-conducteurs il y a environ cinq ans, car tous ces produits ne jouaient pas nécessairement dans la proposition de valeur intégrée », a-t-il déclaré. M. Krishna est devenu PDG en avril 2020, en remplacement de l’ancien PDG Ginni Rometty (qui est aujourd’hui président exécutif d’IBM), mais l’essaimage est la pierre angulaire d’un effort pluriannuel visant à appliquer une sorte d’orientation au modèle commercial tentaculaire de la société.

Nuageux avec une chance d’atteindre les objectifs trimestriels

Le nouveau spin-off n’a pas encore de nom officiel et est appelée « NewCo » dans les documents de marketing et de relations avec les investisseurs d’IBM. Selon le communiqué de presse, IBM « se concentrera sur sa plate-forme hybride ouverte de cloud computing, qui représente une opportunité de marché de 1 000 milliards de dollars », tandis que NewCo « sera immédiatement le premier fournisseur mondial de services d’infrastructure gérés ». (Cela est dû au fait que NewCo commencera sa vie en étant propriétaire de la totalité des clients actuels d’IBM Global Technology Services en matière d’infrastructure gérée, ce qui signifie environ 4 600 comptes, dont environ 75 % des entreprises du Fortune 100).

L’article de Reuters sur la scission cite l’analyste de Wedbush Securities, Moshe Katri, qui classe le secteur des infrastructures gérées dans la catégorie de ce qu’IBM est intelligent de jeter : « IBM se débarrasse essentiellement d’une opération à faible marge qui se réduit, étant donné l’impact cannibalisant de l’automatisation et du cloud, masquant une croissance plus forte pour le reste de l’opération. »

Les investisseurs réagissent de manière positive à la nouvelle des projets de cette entreprise vieille de 109 ans. L’action IBM est en hausse d’environ 7 % pour la journée au moment de mettre sous presse.

Via ArsTechnica

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.