Qu’est-ce que serait le retour « à la normale » ?

Ce n’est certainement pas revenir aux privilèges vaniteux d’avant, même s’il faudra certainement que cette situation se répète ou s’éternise au moins sur une année pour que les découvertes de « ce qu’est la normale » durant le confinement se perpétuent par la suite à la réouverture de tout. Puisque nombre de choses de notre récent passé risquent de devenir de vieux souvenirs de l’Antiquité d’ici quelques mois de survie mentale et sociale, voyons un peu ce que les fermetures et les interdictions auront généré de bien pour nous permettre de reconquérir un semblant d’identité, une vraie saveur de la liberté et tout simplement une nouvelle feuille de route pour le monde de demain :

Une chose positive liée à ce confinement forcé, à l’époque d’un virus au nom valise qui le rend peu crédible aux yeux de ceux qui ne l’ont pas attrapé, c’est que plusieurs bonnes choses se sont produites et, je l’espère, se sont avérées irréversibles :

  • Le nombre de personnes effectuant des croisières sur des bateaux de croisière très polluants a chuté de façon spectaculaire et permanente, ainsi que la vente de SUV géants et de gros 4X4 pour une personne, avec une forte augmentation des transports publics écologiques et des systèmes de transport rapide de masse, et le déplacement en avion sera certainement mal vu s’il est pour autre chose que le travail ;
  • La réduction de moitié du prix du pétrole et du charbon a entraîné la fermeture définitive des activités non rentables de fracturation et d’exploration pétrolière, tandis que la plupart des grands projets de charbon ont été mis en veilleuse pour toujours, ce qui a permis de réduire considérablement les émissions de carbone ;
    (petit bémol cependant, reste à savoir comment les pays les plus pauvres vont produire l’électricité et les batteries qui serviront à l’hybride si leur principale ressource est le charbon…)
  • La réduction soudaine de la pollution de l’air et de l’eau dans les grandes villes du monde a incité leurs habitants à exiger des mesures qui maintiennent des politiques de gestion urbaine plus propres et plus écologiques, donnant également une impulsion aux initiatives de transport et de fabrication neutres en carbone ;
  • Les investisseurs intelligents qui avaient pris un coup sur les marchés boursiers mondiaux ont réalisé que leur seule source de sécurité à long terme était de placer leur richesse dans des investissements plus écologiques qui s’étaient avérés produire des rendements supérieurs avec moins de volatilité sur des périodes plus longues ;
  • Les gens du monde entier ont eu le temps d’apprécier ce que « la belle vie » signifiait vraiment, débarrassés de leurs occupations de consommateurs et de travailleurs acharnés pendant la quarantaine, et appréciant vraiment à quel point il était merveilleux de pouvoir profiter de la nature dans toute sa gloire en plein air tout en passant du temps de qualité avec leurs amis et leurs proches ;
  • Grâce aux règles de distanciation sociale en vigueur, vous pouviez entendre ce que disait la personne qui se trouvait en face de vous dans les restaurants, les pubs et les cafés, et la foule des magasins est devenue une chose du passé ;
  • Pendant la quarantaine, un nombre important de personnes ont développé de nouvelles compétences, allant de pratiques de réflexion telles que la méditation et la pleine conscience à la remise à niveau de leur langage et de leur expression artistique. Cela a conduit beaucoup de personnes à aborder la vie de manière plus réfléchie et plus consciente, en apprenant à ralentir et à apprécier la pleine gloire du moment chaque fois que cela est possible ;
  • Les produits et services plus durables et régénérateurs ont connu un boom, les jeunes consommateurs ayant trouvé de nouvelles façons d’avoir l’impact qui leur importe, devenant des consommateurs conscients et des activistes constructifs. Une explosion d’applications et de matériel éducatif en ligne leur a permis d’explorer directement les liens entre leur propre comportement et les avantages immédiats pour l’environnement et les causes sociales ;
  • De nombreux gouvernements et entreprises éclairés ont découvert qu’en investissant dans le développement psychologique et culturel, ils élargissaient les horizons de leurs citoyens et de leurs employés, passant de préoccupations étroitement égocentriques et ethnocentriques à des préoccupations plus mondiales et plus ouvertes à l’apprentissage et aux nouvelles expériences. La libération du potentiel humain pour aider les gens à se réaliser s’est avérée avoir des avantages considérables en rendant leur vie et leur travail plus significatifs, et en améliorant la qualité de leur vie et de leur travail, ce qui a conduit à un niveau de bien-être accru, à moins de maladies et d’addictions, et à une bien meilleure santé mentale. Ils sont ainsi devenus de meilleurs citoyens, et même de meilleurs acteurs contribuant de manière créative au développement et à la prospérité de leurs organisations et de leurs communautés.

Aujourd’hui, dans de nombreuses régions du monde, qu’est-ce que signifie « retour à la normale » pour les gens du monde entier ? Les décideurs politiques et les chefs d’entreprise ont cessé de se concentrer sur le « retour à un fonctionnement normal » pour se concentrer sur « l’amélioration du fonctionnement« . Dans la pratique, cela signifie mettre en œuvre des politiques et des stratégies plus efficaces pour donner du poids à la décarbonisation et aux approches du « New Deal » vert qui garantissent que leurs sociétés et leurs entreprises sont sur la bonne voie pour répondre aux besoins légitimes de tous en matière de logement, d’eau, de nourriture, de soins de santé et de travail.

Consultez cet article de Ubiverse.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.