Défaire le futur

Pouvoir regarder son enfant dans les yeux dans quelques années, être un bon ancêtre, ne pas faire du déminage dans le futur, défaire le futur. Peter Bihr avec une réflexion que de plus en plus de gens ont et, espérons-le, beaucoup plus auront … à peu près le droit d’avoir le « seum » maintenant. Mais aussi, il explique sa pensée en utilisant le cône du futur avec une mise au point intéressante que je garderai pour moi : les points de basculement environnementaux comme lentilles de focalisation et de défocalisation de la zone des « probables« .

Le cône du futur n’est pas parfait, peut-être en profiter pour regarder l’introduction de John V Willshire à Assemblage Space qui élargit l’outil.

Si nos décisions et nos actions réduisent l’espace des options disponibles pour ceux du futur, elles sont objectivement mauvaises. Nous dépouillons le potentiel de l’avenir. […]

Nous devons faire de la santé de la planète le principe directeur par-dessus tout. Je pense qu’à plus long terme, cela devrait avoir une tonne d’externalités positives en plus : Plus de résilience, moins de pauvreté. Une meilleure qualité de vie, une meilleure santé.

Via Thewavingcat

Je suis personnellement revenue de ces sujets du futur et comment nous pourrions théoriquement les anticiper. Je ne crois qu’en l’hypothèse et le fait que nous supputions quelques issues de l’avenir, à la seule condition que nous puissions d’une manière ou d’une autre, « tester » nos envies présentes pour mesurer leurs conséquences dans l’avenir. C’est ce dont je parle dans les Contes de Skuld, avec le chapitre sur l’Ere de l’Hypothèse.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.