La fermentation comme métaphore

« Dans la fermentation littérale et métaphorique, la fermentation décompose les formes précédentes en de nouvelles formes ».

Une conversation sur la fermentation en tant que métaphore du changement sociétal avec Sandor Katz, auteur de best-sellers et revitaliste de la fermentation.

Dans cet entretien approfondi, Sandor parle de son nouveau livre, Fermentation as Metaphor, et explore comment l’art de la fermentation offre plus qu’un simple réconfort face à l’inconnu : il révèle des aperçus plus profonds sur la manière dont nous pouvons changer et nous adapter en tant que société. Il considère l’expérience libératrice offerte par l’engagement avec les communautés microbiennes et partage comment le simple acte de la fermentation peut donner lieu à des moments de connexion profondément intimes grâce à la magie des forces invisibles qui transforment nos aliments et nos vies, génération après génération.

Nous espérons que cette expérience pourra vous offrir un répit dans la semaine tout en vous inspirant pour couper du chou, le mélanger avec du sel et le mettre dans un bocal, car comme le dit Sandor, « la fermentation est finalement une pratique très prometteuse, car elle ne procure pas de satisfaction immédiate. Il y a toujours une gratification retardée dans la fermentation, et donc, d’une manière assez littérale, c’est un investissement dans l’avenir. Si vous êtes découragé et désespéré et que vous ne savez pas s’il y a un avenir, pourquoi investir votre énergie dans la fermentation ?

« Je veux dire que c’est de l’activisme uniquement à cause de ce système omniprésent de production alimentaire de masse, que je considère comme complètement insoutenable, pour de nombreuses raisons. La première est que les produits sont nutritionnellement diminués ; ils sont gaspillés. Comme la pandémie l’a vraiment illustré, nos systèmes centralisés de production et de distribution de denrées alimentaires sont très vulnérables. Ce système peut être interrompu de toutes sortes de façons, qu’il s’agisse d’une flambée des prix de l’énergie, d’une guerre ou d’une catastrophe naturelle.

Et donc je pense, en termes de réflexion sur la sécurité alimentaire, qu’il incombe vraiment aux gens de toutes les régions du monde de penser à développer et à augmenter la capacité de production en termes d’alimentation. Et je pense que la production alimentaire locale et régionale est une forme d’activisme. Au cours de mes voyages, j’ai rencontré des militants incroyables dans de nombreuses régions du monde qui réimaginent et revigorent la production alimentaire locale et régionale, ainsi que la transformation. Cultiver des aliments est un aspect de cette démarche, mais transformer les produits de l’agriculture en aliments et boissons que les gens mangent et boivent chaque jour en est un autre. Je pense qu’il s’agit d’un travail militant ou qu’il peut être fait dans un esprit militant et c’est souvent ainsi que cela se fait. »

Un podcast à écouter sur Emergence Magazine.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.