L’humanité est coincée dans une pensée à court terme. Voici comment en sortir.

Pas sûre d’être d’accord avec l’un des points centraux de l’article, à savoir qu’au XXIe siècle, nous souffrons du « présentialisme« , qui consiste à ne pas regarder vers l’avenir mais à se concentrer sur ce qui se passe maintenant. Le fait de devoir se concentrer sur le présent ne signifie pas que nous n’envisageons pas le ou les futurs, simplement que nous n’avons plus beaucoup de temps pour cela (la focalisation sur les affaires est également agaçante). Quoi qu’il en soit, il est intéressant de lire le regard historique de Fisher sur la façon dont le temps a été perçu, mais surtout, il fait suite aux deux premiers articles où les gens utilisent la pause pandémique pour faire exactement le contraire : quitter le présent et se réapproprier l’imagination du futur.

La capacité à manipuler conceptuellement le temps est peut-être ce qui nous distingue des autres animaux. Au Pléistocène, nos ancêtres ont développé ce que les biologistes évolutionnistes appellent le « voyage mental dans le temps« . Nous pouvons construire dans notre esprit des théâtres qui nous permettent de jouer des scènes et des personnages du passé, ainsi que des histoires hypothétiques sur l’avenir. […]

À un certain moment entre la fin des années 1980 et le début du siècle, une convergence des tendances sociétales nous a fait entrer dans un nouveau régime du temps qu’il appelle « le présentialisme ». Il le définit comme « le sentiment que seul le présent existe, un présent caractérisé à la fois par la tyrannie de l’instant et par le tapis roulant d’un maintenant sans fin ». […]

La dernière contrainte temporelle – et c’est une contrainte majeure – est celle des objectifs. Aujourd’hui, la métrique domine tous les domaines de la vie. Les statistiques de croissance. Les scores d’efficacité. Rendement pour les actionnaires. Indicateurs de performance clés, PIB, rendement des investissements. Si elles sont mal formulées, ces cibles favorisent le présentialisme, voire encouragent les mauvais comportements.

Lire l’article entier sur TechReview

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.