Mon interview au sujet de ma vision du futur et ce qui m’a conduite à écrire Les Contes de Skuld

J’ai été interviewée il y a quelques temps déjà au sujet de mon petit livre Les Contes de Skuld, dont le but est de donner matière à réfléchir.

Je vous invite à prendre quelques instants pour la lire et me donner votre avis sur le futur !

Mon interview est ici.

Mon livre est en vente sur Amazon.

 

3 commentaires sur “Mon interview au sujet de ma vision du futur et ce qui m’a conduite à écrire Les Contes de Skuld”

  1. Amis lecteurs, les Contes de Skuld, c’est plus qu’une « vision du futur ». Bien que transposée dans le futur (un futur proche, en réalité quasiment déjà présent d’ailleurs) c’est avec des mots d’aujourd’hui et de demain… une vision intemporelle de l’existence, à titre individuel et à titre collectif.

    Je suis bouddhiste (laïc, mais depuis maintenant 60 ans) et j’ai retrouvé dans ces arguments un reflet assez précis de la conception bouddhiste de l’existence dans le monde dit « moderne ». Le bouddhisme s’affranchit du temps, il reste contemporain depuis sa création et restera contemporain tant que l’humanité existera. Les mots changent avec le temps et les époques… mais les concepts restent toujours les mêmes. Parce qu’ils portent la vision universelle de ce que sont les causes, le but, et les conséquences de toute existence, depuis que le monde est monde.

    En 2050 la grande question de chaque être humain restera celle d’aujourd’hui et celle que tout être à la recherche de paix en soi et de paix dans le monde s’est toujours posée : comment dois-je vivre pour apaiser mes souffrances et pour ne pas faire souffrir les autres ? Comment puis-je, moi simple individu et depuis mon humble position sociale, encourager la société à devenir plus juste, plus humaine et plus respectueuse envers chacun ? Comment puis-je affirmer en pensées, en paroles, et dans mes actes, que nous sommes tous liés les uns aux autres comme un immense et universel réseau social à l’échelle de la planète et peut-être de l’univers, et que chaque individu, chaque élément de ce réseau social du vivant, a une influence sur le fonctionnement de l’ensemble et doit donc à chaque minute de son existence, de façon fluide et continue, rendre cette influence la plus positive possible afin de rendre ce fonctionnement de l’ensemble le plus harmonieux possible, ce au bénéfice de chacun, qu’il soit connu ou inconnu ?

    Et demain comme hier, la question subsidiaire restera : comment puis-je utiliser au mieux la technologie d’aujourd’hui pour m’assister dans l’accomplissement de ce but ?

    Au-delà du langage choisi ce sont ces questions fondamentales que je retrouve dans les Contes de Skuld. Une très belle lecture donc, qui montre combien derrière l’omniprésence de la technologie se poseront ces mêmes questions qui sont la base incontournable de toute existence passée, présente, et à venir.

    1. Merci beaucoup pour ce commentaire. Merci, car je sais désormais que nous sommes déjà deux humains partageant les mêmes aspirations et réflexions concernant notre existence, individuelle et collective.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.