R2D2 comme modèle de collaboration en matière d’IA

Excellent article d’Alexis Lloyd sur l’IA / l’automatisation / les robots, la façon dont nous concevons les relations avec eux et les trois archétypes qu’elle a identifiés pour différentes approches de conception de l‘intelligence artificielle : C3PO, Iron Man et R2D2. Parmi les idées notables figure un axe où, à mesure que « la distance entre la personne et la technologie augmente, on commence à approfondir les questions de relations et de communication« . L’hypothèse de Lloyd selon laquelle le modèle anthropomorphique des robots est squelettique car « nous n’avons pas encore développé de nouvelles constructions pour l’intelligence artificielle ». (J’adore ça !) Et j’ai toujours eu tendance à considérer R2D2 comme bizarre puisqu’il n’a pas été conçu avec la voix mais ici elle l’encadre comme ayant son propre langage, « il n’essaie pas d’imiter le langage humain ; il converse d’une manière qui est expressive pour les humains, mais native de ses propres processus mécaniques ».

L’augmentation et la collaboration avec des algorithmes et diverses machines est certainement un sujet à suivre de près et cette pièce donne un moyen utile de les interpréter.

Matt Webb a écrit ce post à propos de la nouvelle startup de Ben Hammersley, et il y exprime une perspective sur l’IA collaborative à laquelle je pense depuis un certain temps, et je suis heureux de voir plus de gens s’engager dans cette conversation.

Nous devons arrêter d’essayer de faire en sorte que les machines soient comme les gens et trouver des constructions plus intéressantes pour réfléchir à ces entités. […]

Il est fascinant de voir comment les technologies prothétiques commencent souvent comme des technologies d’assistance, comme des adaptations pour le handicap, et sont ensuite réorientées (et remarquées) comme des augmentations. […]

Lorsque nous arrivons à l’extrémité du spectre où la machine n’est pas seulement séparée du soi mais a aussi une agence – elle a des moyens d’apprendre et des rubriques pour prendre ses propres décisions. […]

Alors que nous concevons des interactions avec ces types d’intelligence artificielle, quelles sont leurs versions du langage de R2D2 ? Quelles expressions senblent natives de leurs processus ? Quels enseignements uniques pouvons-nous tirer du regard de l’ordinateur ? […]

Nous ne nous parlons pas tous de la même manière. Nous n’avons pas tous les mêmes antécédents culturels ou les mêmes attentes en matière de conversation. Vous trouverez ci-dessous des graphiques créés par le linguiste britannique Richard Lewis pour illustrer le processus conversationnel de négociation d’un accord dans différentes cultures. […]

Ne laissons pas l’avenir de l’IA se résumer à des robots de service à la clientèle bizarres et à des humanoïdes bizarres et inquiétants. Ce sont les choses que les gens font parce qu’ils n’ont pas encore mis en place les nouveaux modèles mentaux. Ce sont les squelettes de l’IA ; ce sont les scripts radio que nous lisons dans les caméras de télévision.

Via Medium

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.