Votre lifestyle a déjà été élaboré

Sur notre mentalité de consommateur : « Au fur et à mesure que les technologies et les méthodes ont progressé, les travailleurs de toutes les industries sont devenus capables de produire beaucoup plus de valeur en moins de temps. On pourrait penser que cela se traduirait par des journées de travail plus courtes. Mais la journée de travail de huit heures est trop rentable pour les grandes entreprises, non pas en raison de la quantité de travail que les gens accomplissent en huit heures (…) mais parce qu’elle rend le public si heureux d’acheter. La rareté du temps libre signifie que les gens paient beaucoup plus cher pour la commodité, la satisfaction et tout autre soulagement qu’ils peuvent acheter. Cela leur permet de continuer à regarder la télévision et ses publicités. Cela les empêche d’être ambitieux en dehors du travail ».

Une culture de l’inutile

Ici, à l’Ouest, un lifestyle de dépenses inutiles a été délibérément cultivé et entretenu dans le public par les grandes entreprises. Les entreprises de toutes sortes d’industries ont un énorme intérêt dans le penchant du public à être négligent avec son argent. Elles s’efforceront d’encourager le public à faire des dépenses occasionnelles ou non essentielles chaque fois qu’elles le pourront.

Dans le documentaire The Corporation, une psychologue en marketing parle d’une des méthodes qu’elle utilise pour augmenter les ventes. Son équipe a réalisé une étude sur l’effet du harcèlement des enfants sur la probabilité que leurs parents achètent un jouet pour eux. Ils ont découvert que 20 à 40 % des achats de leurs jouets n’auraient pas eu lieu si l’enfant n’avait pas harcelé ses parents. Une visite sur quatre dans un parc d’attractions n’aurait pas eu lieu. Ils ont utilisé ces études pour commercialiser leurs produits directement auprès des enfants, en les encourageant à harceler leurs parents pour qu’ils achètent.

Cette campagne de marketing représente à elle seule plusieurs millions de dollars qui ont été dépensés en raison d’une demande qui était entièrement fabriquée.

« Vous pouvez manipuler les consommateurs pour qu’ils désirent, et donc achètent, vos produits. C’est un jeu ». ~ Lucy Hughes, co-créatrice de « The Nag Factor »

Ce n’est qu’un petit exemple de ce qui se passe depuis très longtemps. Les grandes entreprises n’ont pas gagné leurs millions en promouvant sérieusement les vertus de leurs produits, elles l’ont fait en créant une culture de centaines de millions de personnes qui achètent bien plus que ce dont elles ont besoin et essaient de chasser l’insatisfaction avec de l’argent.

Nous achetons des produits pour nous remonter le moral, pour suivre les Jones, pour réaliser notre vision d’enfant de ce que serait notre vie d’adulte, pour diffuser notre statut dans le monde, et pour beaucoup d’autres raisons psychologiques qui ont très peu à voir avec l’utilité réelle du produit. Combien de choses se trouvent dans votre sous-sol ou votre garage que vous n’avez pas utilisées au cours de l’année écoulée ?

La vraie raison de la semaine de travail de quarante heures

L’outil ultime des entreprises pour soutenir une telle culture est de faire de la semaine de 40 heures le mode de vie normal. Dans ces conditions de travail, les gens doivent se construire une vie le soir et le week-end. Cet arrangement nous rend naturellement plus enclins à dépenser beaucoup pour le divertissement et les commodités parce que notre temps libre est si rare.

En reprenant le travail force est de constater que les activités plus saines disparaissent rapidement de notre vie : la marche, l’exercice, la lecture, la méditation et l’écriture supplémentaire.

La seule similitude évidente entre ces activités est qu’elles ne coûtent pas ou peu d’argent, mais qu’elles prennent du temps.

Lire l’article sur Raptitude

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.