En Chine, les camions regardent si les conducteurs s’assoupissent, prennent de la vitesse ou se détendent

En Chine, les camions reliés au réseau de gestion de la flotte du G7 font plus que transporter des marchandises à travers le vaste pays.

Grâce à la technologie de l’Internet des objets, ils peuvent utiliser des caméras antifatigue pour signaler les mauvaises conduites, des systèmes d’assistance au conducteur avancés intégrés pour envoyer des avertissements en cas d’espace insuffisant entre les véhicules sur les autoroutes, et le pesage des cargaisons en temps réel pour empêcher les vols.

Le G7, basé à Pékin, a pour objectif de surveiller à distance toutes les étapes du parcours logistique d’un produit, de l’entrepôt à la livraison. Covid-19, qui a vu un bond dans les achats en ligne car les gens restent chez eux et évitent les foules, a présenté une opportunité supplémentaire, avec des clients tels que FedEx Corp, Amazon.com Inc, China Post et Walmart Inc. plus concentrés que jamais sur la sécurité et la traçabilité, selon le fondateur du G7, Zhai Xuehun.

Il vise en fin de compte à rendre la logistique plus efficace. La réduction du coût du transport des marchandises se traduit par des marges plus élevées non seulement pour les entreprises de transport routier, mais aussi pour les fabricants. Les consommateurs en profitent également, car les coûts sont moins élevés et les produits arrivent à temps et en meilleur état.

Les coûts de logistique en Chine ont représenté environ 15 % de l’expansion économique en 2019, contre un chiffre à peine en Europe et aux États-Unis, un écart qui souligne l’impératif pour la Chine de réduire ces dépenses, selon James Teo, analyste de Bloomberg Intelligence.

« La demande de logistique en Chine augmente rapidement, stimulée par la croissance rapide du commerce électronique », a déclaré M. Teo. « Le nombre de colis que les entreprises de logistique doivent traiter augmente, il est donc nécessaire d’améliorer l’efficacité afin de réduire les coûts unitaires ».

Le G7, qui a été fondé en 2010 et tire son nom de l’autoroute G7 Pékin-Urumqi, la plus longue autoroute du désert au monde, recueille également une pléthore d’autres informations sur les flottes, allant du nombre de fois où les conducteurs utilisent leur téléphone portable en cours de route au nombre de fois où ils s’arrêtent pour faire le plein d’essence et aux méthodes de paiement électronique sur lesquelles ils comptent.

Sa technologie peut également fournir des mises à jour en temps réel sur la charge utile et la température d’un camion, ce qui permet de s’assurer que les marchandises qui doivent rester froides, par exemple, sont livrées dans des conditions optimales. L’intelligence artificielle est également utilisée pour aider à réduire le taux d’accidents en déterminant si les conducteurs perdent leur concentration en fonction de la fréquence de leurs clignements. Si le comportement du conducteur ne répond pas à une alerte, le personnel du service d’assistance téléphonique passe un appel l’invitant à se reposer.

« On n’a jamais autant mis l’accent sur l’industrie de la circulation en Chine depuis que le pays a été créé », a déclaré Ren Xingzhou, ancien chef de l’unité de recherche sur l’économie de marché du Centre de recherche sur le développement du Conseil d’État, lors d’une conférence le mois dernier. « L’efficacité de la circulation et de la logistique a un impact direct sur le développement économique global ».

Le G7, qui a déjà attiré des bailleurs de fonds, dont Temasek Holdings Pte et Tencent Holdings Ltd., , travaille sur des plans pour lancer un nouveau cycle de financement et pourrait envisager une première offre publique à un moment donné, a déclaré le directeur financier Zhang Jielong, refusant d’élaborer. La dernière levée de fonds de la société a eu lieu en 2018, avec un montant de 1,2 milliard de dollars, a déclaré Zhang.

Et la demande des investisseurs, en particulier en Chine, pour entrer dans le vif du sujet des technologies qui seront les moteurs de demain est en hausse. Le Vision Fund 2 de SoftBank Group Corp. est à la tête d’un tour d’investissement de 113,5 millions de dollars dans une start-up californienne appelée Flock Freight qui cherche à changer la façon dont les marchandises sont transportées par camion aux États-Unis, a déclaré une personne connue au début du mois.

Parmi les autres bailleurs de fonds du G7 figurent Eastern Bell Venture Capital Management Co., Hopu Investment Management Co., Bank of China Ltd. et Tsinghua Holdings Venture Capital Co. La société a levé un total de 510 millions de dollars en six tours de table, selon Crunchbase.

« La prochaine décennie sera marquée par une ère d’approfondissement de la numérisation« , a déclaré M. Zhai depuis le siège du G7, où un écran de la taille d’un mur affiche en temps réel les données et les images des quelque 1,8 million de véhicules connectés à la plate-forme de la société. « La gestion numérique et visuelle des flottes logistiques sera notre contribution historique à l’industrie ».

Via Bloomberg

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.