Vers le laboratoire de technologie orthogonale, v0.1

Il y a quelques semaines, Patrick Tanguay écrivait le post La confrérie comme un service, il y a quelques mois il a écrit Sur les projets, les bulletins d’information, les produits et les formats, et il a inclus quelques articles dans l’hebdomadaire autour des groupes, des communautés privées, et des réseaux professionnels vaguement rejoints. Ce qui précède, écrit par Matt Webb, s’inscrit dans ce domaine encore vague mais en pleine expansion de la recherche collaborative indépendante. Dans ce cas, il décrit un groupe de réflexion hypothétique – un laboratoire pour innover dans le domaine des produits B2C.

Je suppose donc que ce que je demande, c’est un autre type de groupe de réflexion, non pas un groupe qui travaille avec des recommandations, des rapports et des réglementations, mais un nouveau groupe de réflexion qui s’intéresse à des exemples de travail à caractère politique qui démontrent, démystifient et réduisent les risques. […]

L’accent est donc mis sur le B2C plutôt que sur l’entreprise, et sur l’assemblage intelligent de technologies existantes plutôt que sur l’innovation de nouvelles technologies – ce qui ne veut pas dire qu’on ne trouvera pas de technologies brevetables. […]

L’activité principale suit probablement une filière d’innovation standard. Il y a le travail de conception, de prototypage et de développement, tous séparés par des portes, et un abattage sain à chaque porte. […]

Ce sont des notes pour la mise en place d’un laboratoire de recherche qui n’existe pas encore. Il n’a pas besoin d’exister ; j’apprends en écrivant, et ce que j’apprends peut mener n’importe où (ou nulle part).

Ce dont nous avons besoin, ce sont des visions de l’avenir de la technologie qui soient axées sur des valeurs, mais « nous n’avons pas besoin de simples fictions de conception. Nous avons besoin de fictions de modèles commerciaux, d’études de faisabilité technique, de spécifications de protocoles interop, de retour sur investissement ».

Mon raisonnement est que ce sont ce genre d’exemples qui parlent aux nombreux groupes qui, ensemble, façonnent le paysage technologique. L’objectif est d’explorer la voie et de modifier le discours.

Ce billet est une première tentative de définir un laboratoire pour inventer et publier ces exemples. Est-ce que je crois que ce laboratoire verra le jour ? Bien sûr, c’est quelque chose que j’aimerais faire mais, non, pas nécessairement. Dans l’esprit de Gedankenexperiment, l’exercice lui-même est instructif.

Je n’ai pas épousé le nom « Orthogonal Technology Lab », mais je l’ai choisi pour mon article sur l‘innovation orthogonale, « une série d’étapes tout à fait ordinaires mais simplement dans une direction différente » – qui peut mener à un lieu très, très différent de la technologie contemporaine.

La version du document est la v0.1. Tout ce que j’essaie de faire, c’est de capturer et de structurer ce qui est déjà dans ma tête.

Domaines de recherche

Les domaines de recherche sont à déterminer et il y a un exercice de cartographie nécessaire, mais je voudrais couvrir des domaines tels que :

  • Produits connectés et absence de données : par exemple, comment pourrait-on avoir un éclairage domestique commandé par la voix sans connexion de l’utilisateur et sans connexion au cloud ?
  • Les services en cloud et les protocoles ouverts pour la portabilité et l’interopérabilité : par exemple, comment partager les données de présence entre les plateformes d’appel vidéo, sans insister sur la fédération ?
  • La consumérisation de l’automatisation des processus robotiques (RPA) : par exemple, pourrions-nous expédier une coopérative logicielle en tant que plugin Shopify ?

Il ne s’agit pas de développer une nouvelle technologie pour elle-même, ou de créer de nouveaux modèles commerciaux là où il n’en existe pas encore. Ce qui veut dire pas de drones ou de cryptomonnaies.

S’il y a une thèse sous-jacente, c’est de chercher là où le capitalisme de plate-forme de Srnicek s’est installé, conduisant à des marchés captifs axés sur les données, et qui entravent le développement technologique au détriment du consommateur. Dans cette optique, quelque chose comme le microciblage publicitaire est un symptôme du capitalisme de plate-forme et non quelque chose qui doit être repensé directement. Au lieu de cela, nous commençons par repenser l’activité capturée elle-même.

On se concentre donc sur le B2C, plutôt que sur l’entreprise, et sur l’assemblage intelligent de technologies existantes plutôt que sur l’innovation de nouvelles technologies – ce qui ne veut pas dire qu’on ne trouvera pas de technologies brevetables.

L’idée est de suivre les premiers processus d’innovation de produit, mais d’expédier toutes les garanties autour du produit plutôt que le produit lui-même. Donc…

  • une preuve de concept d’une plate-forme de produits connectés sans données – mais surtout le jeu de stratégie qui montre pourquoi c’est une entreprise saine.
  • une preuve de concept de l’interopérabilité des plateformes vidéo – mais surtout le protocole ouvert qui la rend possible, ainsi que les documents et les protocoles.
  • une démonstration de la façon dont les entreprises mutualisées peuvent fonctionner comme des logiciels – et un cas d’utilisation de ce logiciel branché sur une plate-forme de giga économie.

Engagement :

L’innovation ne se fait pas dans le vide. La communication et l’engagement du public sont donc un résultat en soi, qu’il s’agisse d’expliquer continuellement les travaux ou de publier des bulletins d’information sur la recherche. Bien qu’il ne s’agisse pas là des principaux résultats, il est important de traduire les travaux en documents politiques et en programmes de MBA.

L’innovation orthogonale, une série d’étapes tout à fait ordinaires mais simplement dans une direction différente : à lire sur Interconnected.

Suivez Sentiers pour la sélection de contenus dont cet article est issu.

Incroyable, j’ai l’impression de lire les premières étapes de l’ère de l’Hypothèse que je décris dans les Contes de Skuld !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.