Des millions de brosses à dents sont mises en décharge chaque année. Colgate essaie de faire une avancée dans ce domaine.

Les brosses à dents ne peuvent pas être recyclées, mais Colgate lance une alternative, rapporte Fastcopmany.

Nos décharges sont un cimetière pour les vieilles brosses à dents en plastique. L’année dernière, 495 millions de brosses à dents non électriques ont été achetées aux États-Unis. Elles ne sont pas recyclables, ce qui signifie que la grande majorité d’entre elles sont jetées ou finissent dans l’océan.

Colgate, qui vend 30% des brosses à dents du monde, essaie de réduire ces déchets. Aujourd’hui, elle lance Keep, une brosse à dents manuelle redessinée qui contient 80% de plastique en moins. À première vue, elle ressemble à une brosse à dents traditionnelle. Mais en y regardant de plus près, vous verrez que le manche est en aluminium, conçu pour durer toute une vie. La tête de la brosse, qui est en plastique, s’encliquette sur le manche et est remplaçable, mais pas recyclable.

Les premières brosses à dents, fabriquées à partir de bois et de poils de sanglier (comme celle de Buly), sont arrivées aux États-Unis au milieu des années 1800. Mais dans les années 1930, lorsque le plastique est devenu largement disponible, les marques ont commencé à produire en masse des brosses jetables bon marché. Lorsque le recyclage en bordure de trottoir s’est généralisé il y a 50 ans, la brosse à dents en a été exclue : La forme et la composition du plastique utilisé pour les brosses à dents font qu’elles ne peuvent pas être traitées par les centres de recyclage municipaux. Colgate s’est associée à la plateforme de recyclage TerraCycle pour collecter et recycler les brosses à dents, mais au cours de la dernière décennie, elle n’a réussi à en recycler que 5 millions, soit moins de 1 % des brosses qu’elle a fabriquées pendant cette période.

La commodité du plastique a eu un coût énorme pour la planète : Quelque 9,1 milliards de tonnes de plastique ont été produites depuis la première production de masse dans les années 1950, et 91 % de ce matériau n’est pas recyclé. Le matériau ne se biodégrade pas, il restera donc dans notre environnement pendant des centaines d’années, se brisant en minuscules particules qui peuvent être balayées dans l’océan et se retrouver dans notre chaîne alimentaire. Les consommateurs se rendent compte à quel point le plastique est problématique, et cette aversion croissante représente une menace pour les conglomérats de biens de consommation comme la société mère de Colgate, Colgate-Palmolive, qui continue à dépendre du plastique pour la majorité de ses produits.

Même si les individus voulaient réduire leur empreinte plastique, il n’y a pas eu beaucoup d’options durables pour les biens emballés. Mais au cours des cinq dernières années, des start-ups ont commencé à développer des produits de soins personnels qui utilisent moins de plastique. By Humankind fabrique des déodorants rechargeables, du fil dentaire et des pastilles de bain de bouche dissolvables. Bitefabrique des brosses à dents en bambou compostables et des bouts de dentifrice qui moussent dans la bouche. The Keep est très similaire à une brosse conçue par la startup Goodwellqui a fait son apparition sur le marché en 2016, qui possède également une base en métal et une tête remplaçable, bien que son manche soit en aluminium recyclé et sa tête en bioplastique biodégradable. (Goodwell coûte plus de deux fois le prix de Keep.) Bien que ces marques aient trouvé un public de clients respectueux de l’environnement désireux de changer leurs comportements, elles ne représentent qu’une infime partie du marché.

Les grandes entreprises peuvent avoir un impact beaucoup plus important, et certaines commencent lentement à lancer des produits plus durables. Procter & Gamble, par exemple, conçoit des produits de nettoyage qui nécessitent moins d’eau et de plastique. Colgate, pour sa part, s’est engagé à réduire d’un tiers son utilisation de plastiques vierges d’ici 2025.

Keep est un pas vers cet objectif. Mais maintenant, Colgate doit convaincre ses clients de se séparer de leur brosse à dents actuelle. La stratégie de la marque semble être de rendre cette brosse aussi familière que possible. D’une part, son prix est similaire à celui des brosses Colgate traditionnelles, soit 9,99 $ pour un kit de démarrage, qui est fourni avec deux têtes ; les kits de recharge coûtent 4,99 $ pour deux têtes de brosse. Elle est identique à toutes les autres brosses Colgate qu’on connaît. La base en aluminium est légère et elle donne une sensation de solidité en main. Elle est même livrée avec deux types de poils différents : un pour le nettoyage en profondeur et un pour le blanchiment. Il est facile de changer la tête et les recharges sont disponibles chez Target et Amazon.

Mais il reste à voir si Colgate peut convaincre les consommateurs de faire le changement. Les recherches montrent qu’il peut être incroyablement difficile de persuader les consommateurs de changer de comportement ou de marque, en particulier lorsqu’il s’agit de produits qu’ils utilisent tous les jours. Il n’en reste pas moins que c’est une étape prometteuse vers un monde dans lequel le fait de se laver les dents ne salit pas la planète.

Via Fastcopmany

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.