Nous apprenons aux robots à évoluer de manière autonome, afin qu’ils puissent s’adapter à la vie sur des planètes lointaines

Le projet ARE (Autonomous Robot Evolution) est une collaboration entre des scientifiques et des ingénieurs de quatre universités visant à développer des robots capables d’évoluer par eux-mêmes, tant sur le plan logiciel que matériel. Le but ultime est d’envoyer des robots explorer d’autres planètes et de leur permettre d’évoluer par eux-mêmes pour survivre dans différents environnements imprévisibles [Emma Hart, The Conversation].

Nous utilisons un nouveau type d’architecture évolutive hybride matériel-logiciel pour la conception. Cela signifie que chaque robot physique a un clone numérique. Les robots physiques sont testés dans des environnements réels, tandis que leurs clones numériques entrent dans un programme logiciel, où ils subissent une rapide évolution simulée. Ce système hybride introduit un nouveau type d’évolution : de nouvelles générations peuvent être produites à partir de l’union des traits les plus performants d’une « mère » virtuelle et d’un « père » physique.

En plus d’être rendus dans notre simulateur, les « enfants » robots produits par notre évolution hybride sont également imprimés en 3D et introduits dans un environnement réel, semblable à celui d’une crèche. Les individus les plus performants de ce centre d’entraînement physique mettent leur « code génétique » à disposition pour la reproduction et l’amélioration des générations futures, tandis que les robots moins « en forme » peuvent être simplement emportés et recyclés en de nouveaux dans le cadre d’un cycle évolutif continu.

Ils ont même développé un cerveau qui est affiné par un algorithme d’apprentissage basé sur les informations sensorielles de l’environnement et sur la façon dont un nouveau robot se déplace, pour tenir compte des inadéquations entre son nouveau corps et son cerveau hérité.

Ils pourraient également être utilisés sur terre pour des tâches trop dangereuses pour l’homme, comme le nettoyage des déchets dans un réacteur nucléaire.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.