1 % de la population est responsable de la moitié des émissions mondiales de l’aviation

Les chercheurs affirmaient il y a 2 ans que l’interruption de Covid-19 est le moment de s’attaquer aux « super-émetteurs » de l’élite, rapporte The Guardian.

Les « super-émetteurs » qui volent fréquemment et qui représentent seulement 1% de la population mondiale ont causé la moitié des émissions de carbone de l’aviation en 2018, selon une étude.

Les compagnies aériennes ont produit un milliard de tonnes de CO2 et ont bénéficié d’une subvention de 100 milliards de dollars (75 milliards de livres sterling) en ne payant pas pour les dommages climatiques qu’elles ont causés, ont estimé les chercheurs. L’analyse rassemble des données pour donner une image globale la plus claire possible de l’impact des vols fréquents.

Seuls 11 % de la population mondiale ont pris l’avion en 2018 et 4 % se sont rendus à l’étranger. Les passagers aériens américains ont de loin la plus grande empreinte carbone parmi les pays riches. Les émissions de l’aviation américaine sont plus importantes que celles des dix pays suivants réunis, dont le Royaume-Uni, le Japon, l’Allemagne et l’Australie, selon l’étude.

Selon les chercheurs, l’étude a montré qu’un groupe d’élite bénéficiant de vols fréquents avait un impact important sur la crise climatique qui touche tout le monde.

Selon eux, la baisse de 50 % du nombre de passagers en 2020 pendant la pandémie de coronavirus devrait être l’occasion de rendre l’industrie aéronautique plus équitable et plus durable. Cela pourrait se faire en mettant des conditions vertes sur les énormes renflouements que les gouvernements accordent à l’industrie, comme cela s’est produit en France.

La contribution de l’aviation mondiale à la crise climatique était en forte croissance avant la pandémie de COVID-19, avec des émissions qui ont fait un bond de 32 % entre 2013 et 18 ans. Le nombre de vols en 2020 a diminué de moitié, mais le secteur prévoit de revenir aux niveaux précédents d’ici 2024.

Si vous voulez résoudre le problème du changement climatique et que nous devons revoir la conception de l’aviation, nous devrions commencer par le sommet, où quelques « super-émetteurs » contribuent massivement au réchauffement climatique », a déclaré Stefan Gössling, de l’université de Linnaeus en Suède, qui a dirigé la nouvelle étude.

« Les riches ont eu beaucoup trop de liberté pour concevoir la planète selon leurs souhaits. Nous devrions considérer la crise comme une opportunité de réduire le système de transport aérien« .

Dan Rutherford, du Conseil international pour le transport propre et ne faisant pas partie de l’équipe de recherche, a déclaré que l’analyse soulevait la question de l’égalité.

« Les bénéfices de l’aviation sont plus inégalement partagés dans le monde que probablement toute autre source d’émission importante », a-t-il déclaré. « Il y a donc un risque évident que le traitement spécial dont bénéficient les compagnies aériennes ne fasse que protéger les intérêts économiques des riches du monde entier ».

Les grands voyageurs identifiés dans l’étude parcourent environ 56 000 km par an, ce qui équivaut à trois vols long-courriers par an, un vol court courrier par mois, ou une combinaison des deux.

L’étude, publiée dans la revue Global Environmental Change, a rassemblé une série de données et a révélé qu’une grande partie de la population de chaque pays ne prenait pas l’avion chaque année – 53% aux États-Unis, 65% en Allemagne et 66% à Taiwan. Au Royaume-Uni, des données distinctes montrent que 48 % des gens ne prenaient pas l’avion en 2018.

L’analyse montre que les États-Unis sont le pays qui produit le plus d’émissions parmi les nations riches. La Chine est le pays le plus important parmi les autres, mais elle ne fournit pas de données. Toutefois, M. Gössling pense que son empreinte aérienne ne représente probablement qu’un cinquième de celle des États-Unis.

En moyenne, les Nord-Américains ont parcouru 50 fois plus de kilomètres que les Africains en 2018, soit 10 fois plus que ceux de la région Asie-Pacifique et 7,5 fois plus que les Latino-Américains. Les Européens et ceux du Moyen-Orient ont volé 25 fois plus loin que les Africains et cinq fois plus que les Asiatiques.

Les données montrent également une forte croissance des vols internationaux entre 1990 et 2017, avec un triplement des vols en provenance d’Australie et un doublement de ceux en provenance du Royaume-Uni.

Pour compléter vous pouvez lire l’article de DW sur le coût de nos trajets en avion.

Via The Guardian

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.