Rester créatif dans un isolement extrême : Les leçons du « hikikomori » japonais

Les artistes et les designers peuvent tirer des enseignements des différentes façons dont les personnes qui se retirent de la société ont vécu des expériences d’isolement, rapporte Fastcompany.

Le mot japonais hikikomori se traduit par « tirer vers l’intérieur ». Le terme a été créé en 1998 par le psychiatre japonais Tamaki Saitō pour décrire un phénomène social en plein essor chez les jeunes qui, ressentant les pressions extrêmes pour réussir dans leur vie scolaire, professionnelle et sociale et craignant l’échec, ont décidé de se retirer de la société. À l’époque, on estimait qu’environ un million de personnes choisissaient de ne pas quitter leur foyer ou de ne pas interagir avec les autres pendant au moins six mois, voire pendant des années. On estime aujourd’hui qu’environ 1,2 % de la population japonaise est hikikomori.

Lorsque cette tendance a été identifiée au milieu des années 1990, elle a été utilisée pour décrire les jeunes reclus de sexe masculin. Cependant, des recherches ont montré qu’il y a un nombre croissant d’hikikomori d’âge moyen. En outre, de nombreux hikikomori féminins ne sont pas reconnus parce qu’on attend des femmes qu’elles adoptent des rôles domestiques, et leur retrait de la société peut passer inaperçu.

Les chercheurs japonais Ulrich Heinze et Penelope Thomas, spécialistes des mangas, expliquent que, ces dernières années, la façon dont les gens comprennent le phénomène de l’hikikomori a subtilement changé. Ce changement se manifeste par une prise de conscience accrue de la complexité de l’expérience hikikomori dans les médias grand public et par la reconnaissance des pressions sociales qui peuvent conduire au retrait social. Ils suggèrent que le refus de se conformer aux « normes » sociales (telles que la progression de carrière, le mariage et la parentalité) peut être compris comme un acte radical d’introversion et de découverte de soi.

En accord avec ce changement d’image, certains hikikomori ont une vie créative riche, et cela peut maintenir un lien humain vital. De nombreuses personnes vivent maintenant dans un isolement obligatoire à cause du COVID-19. Bien que ce ne soit pas la même chose que pour les hikikomoris, nous pouvons tirer des enseignements des différentes façons dont ces personnes ont vécu ou vivent encore des expériences d’isolement.

La suite sur Fastcompany

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.