L’Institut du milliard de secondes

Voici « l’Institut d’un milliard de secondes qui est une initiative d’apprentissage tout au long de la vie visant à organiser un réseau de spécialistes, de conseillers et de communautés de pratique afin de réimaginer les façons dont nous comprenons et façonnons les impacts mentaux, sociaux et environnementaux de l’économie numérique. Notre objectif est de vous aider à développer et à activer des modes de pensée holistiques pour aujourd’hui, demain et le milliard de secondes à venir. »

Le concept semble hyper intéressant, avec pour problématique à résoudre : Et si nous nous unissions pour réimaginer le(s) internet(s) comme des réseaux durables de connaissances, de solidarité et de soins ?

Encourager un changement de paradigme des utilisateurs vers les inter-citoyens

« Notre objectif est de contribuer à la transition entre l’individualisme d’une économie numérique centrée sur l’utilisateur et l’interdépendance des écosystèmes numériques, sous la conduite de citoyens responsables de la planète Terre. En d’autres termes, apprendre collectivement à devenir des inter-citoyens. »

Au programme :

Programme d’échange de connaissances
À PARTIR DE LA MI-AVRIL 2021

Le(s) Internet des sessions Everything
PUBLIC

Des sessions bimensuelles en direct et des séries de podcasts sur les dimensions socio-écologiques de l’internet (s), avec des discussions entre un large éventail d’invités et présentées en collaboration avec un vaste réseau de partenaires.

Et si ? Salons
MEMBRES SEULEMENT

Rassemblements mensuels autour de thèmes de recherche co-commandités avec les membres ; une occasion de discuter régulièrement de grandes questions, tout en partageant des réflexions ou des projets connexes.

Clubs d’hyper-lecture
MEMBRES SEULEMENT

Réunions hebdomadaires co-organisées par les membres, réunissant de petits groupes pour partager les points de vue des livres, articles ou documents.

Voir l’Institut d’un milliard

Repéré par Sentiers :

Lorsque vous regardez l’ampleur des sociétés de « Big Tech » qui façonnent l’économie numérique en utilisant l’éthique « briser les choses et aller vite » pour briser des « choses » comme la démocratie et aller « vite » pour éviter les impôts et faire pression contre les lois sur la vie privée ou les lois antitrust. […]

Et si nous allions au-delà de la simple compréhension des humains en tant que consommateurs ou utilisateurs, pour concevoir pour et avec des citoyens qui ont des droits et des devoirs, en promouvant la culture numérique, la tolérance et la solidarité et en permettant à chacun de prendre des décisions meilleures et plus conscientes individuellement et collectivement ? […]

Si nous commençons à nous considérer comme des citoyens plutôt que comme des utilisateurs ou des consommateurs, comme interdépendants plutôt qu’autosuffisants, nous nous rendrons vite compte que l’action individuelle ne suffit pas.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.